Coupe du monde féminine : les adversaires des Bleues en phase de poule

Le groupe de l'Equipe de France est assez relevé.[TOBIAS SCHWARZ / AFP]

Pour la Coupe du monde féminine de football, qui se déroule en France du 7 juin au 7 juillet 2019, les Bleues seront dans le groupe A. Elles seront opposées à la Corée du Sud, la Norvège et le Nigeria.

«C'est un groupe relevé mais quand on voit les 23 équipes qualifiées, je ne m'attendais pas à autre chose», a déclaré la sélectionneure Corinne Diacre le 8 décembre 2018, à l'issue du tirage au sort. Gros plan sur les forces et faiblesses de ces adversaires.

La Corée du Sud

Les Guerrières Taegeuk seront les premières adversaires de l'Equipe de France. Les deux équipes s'affronteront lors du match d'ouverture, le 7 juin 2019. Jusqu'ici, le meilleur résultat en Coupe du monde de la Corée du Sud, qui participe à sa troisième compétition, est une place en huitièmes de finale, en 2015. Mais les quatorzièmes au classement Fifa comptent faire beaucoup mieux cette année, et misent notamment sur la défense. Lors de la dernière Coupe d'Asie, elles n'ont pas encaissé le moindre but en quatre matchs.

Pour en marquer, les joueuses de Yoon Deok-yeo ancien international masculin devenu entraîneur, pourront compter sur le talent de Ji So-yun. La numéro 10 de Chelsea, née en 1991, est arrivée en équipe nationale à l'âge de 15 ans. Depuis, elle en est devenue la meilleure buteuse. Les Bleues sont prévenues.

La Norvège

Sur le papier, les Grasshoppers (sauterelles) sont les adversaires les plus fortes des Bleues. Nation phare du football féminin, la Norvège a participé à toutes les Coupes du monde, atteignant la finale en 1991 et décrochant le titre en 1995. La seule sélection primée avec les Etats-Unis et l'Allemagne. Mais les Norvégiennes ont également été championnes d'Europe (en 1987 et 1993) et championnes olympiques (en 2000).

Qualifiées pour ce tournoi en France, en finissant première de leur groupe, devant les Hollandaises championnes d'Europe en titre, les Norvégiennes arrivent confiantes. Elles pourront notamment compter sur leur capitaine, Maren Mjelde, sur l'attaquante expérimentée Isabell Herlovsen, ou encore sur la numéro 10 Caroline Graham Hansen, qui à 23 ans a déja marqué 22 buts en 65 élections. Le sélectionneur Martin Sjögren va toutefois devoir se passer du premier Ballon d'Or féminin de l'Histoire, Ada Hegerberg, qui a décidé de se mettre en retrait de la sélection depuis août 2017. 

Le match entre la France et la Norvège aura lieu le 12 juin 2019, à 21h. 

Le Nigeria

Si les Super Falcons ne sont qu'au trente-neuvième rang au classement Fifa, elles peuvent faire valoir leur expérience. Championnes d'Afrique en titre, elles ont participé aux huit Coupes du monde qui se sont tenues. Avec pour meilleur résultat un quart de finale en 1999. Entraînées depuis janvier 2018 par le Suédois Thomas Dennerby, qui avait mené sa sélection nationale à la troisième place en 2011, elles arrivent en France avec des ambitions.

Leur principal atout : l'attaquante Asisat Oshoala. Joueuse africaine de l'année en 2014, 2016 et 2017, la Nigériane de 24 devra être surveillée de près par la défense des Bleues. Heureusement, les Françaises auront un avantage psychologique. En deux confrontations, elles l'ont emporté deux fois, dont un cinglant 8-0 en amical en avril 2018.

Dernier match de poule, France-Nigeria aura lieu le 17 juin.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles