Les hommages unanimes du monde la F1 après la mort de Niki Lauda

Niki Lauda s’est éteint, lundi soir, à l’âge de 70 ans. Niki Lauda s’est éteint, lundi soir, à l’âge de 70 ans.[Hoch Zwei / Icon Sport]

Il restera comme une légende du sport automobile. Triple champion du monde de Formule 1 (1975, 1977 et 1984) et personnage emblématique du paddock avec sa casquette rouge, Niki Lauda s’est éteint entouré de ses proches, lundi soir, à l’âge de 70 ans.

«Il n’y a pas de cause précise de la mort», a indiqué le médecin Walter Klepetko, qui l’avait opéré l’été dernier à l’Hôpital général (AKH), où Lauda avait subi en extrême urgence une transplantation pulmonaire, après avoir contracté un virus lors d’un séjour à Ibiza. «Elle résulte d’une longue évolution, au terme de laquelle le patient s’en est allé. Niki Lauda s’est battu. C’était un homme formidable. Mais depuis quelques temps il était clair que nous n’arriverions plus à le ramener sur le circuit», a ajouté le médecin.

Une mort à laquelle le pilote autrichien avait miraculeusement échappé au Grand Prix d’Allemagne en 1976 dans un accident qui avait choqué le monde entier. Prisonnier de sa monoplace en proie aux flammes pendant près d’une minute, Lauda avait eu la vie sauve grâce à l’intervention de trois pilotes venus à son secours. Grièvement brûlé au visage et aux paumons, il avait même été déclaré mort à l’arrivée de l’ambulance avant d’être transféré en urgence à la clinique, où il a reçu l’extrême onction.

Et tout juste six semaines plus tard, en Italie, il a repris place derrière le volant de sa Ferrari avec le visage entièrement bandé malgré la crainte des médecins concernant notamment les greffes de peau qui risquaient de tomber. «Il y a des champions, des gens avec des palmarès, mais là on perd un seigneur qui ne s’est jamais plaint de quoi que ce soit dans sa vie, de sa condition, de son accident et qui a toujours avancé», a réagi son ancien coéquipier, adversaire mais surtout ami Alain Prost, peu de temps après l’annonce de la disparition Lauda, devenu président non exécutif de Mercedes depuis 2012.

Cet hommage appuyé témoigne de la place de Niki Lauda dans le monde de la F1 désormais orphelin d’un de ses plus grands champions. Et en deuil. A l’image de Fernando Alonso qui est «choqué et triste». Pour Jean Todt, «Niki Lauda était un héros du sport automobile». «Une légende s’en est allé», a regretté Romain Grosjean. «Merci pour tout ce que tu as fait pour moi. J’ai énormément appris à tes côtés», a écrit, de son côté, Nico Rosberg qui a salué sa passion, sa combativité, sa détermination, sa conviction et sa patience.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles