Thierry Cheleman, directeur des sports du groupe Canal+ : «Cette Coupe du monde est un succès»

Thierry Cheleman avait misé sur l’équipe de France féminine peu après le lancement de Direct 8. Thierry Cheleman avait misé sur l’équipe de France féminine peu après le lancement de Direct 8.[Canal+]

Il a été l’un des premiers à miser sur le football féminin en France. Dix ans plus tard, Thierry Cheleman, directeur des sports du groupe Canal+, se félicite des scores d’audience réalisés par l’équipe de France et la Coupe du monde. Et de son pari plus que gagnant, avec un dispositif spécial pour l’événement.

Quel regard portez-vous sur les audiences depuis le coup d’envoi de la Coupe du monde féminine ?

Les rencontres de l’équipe de France sont suivies par presque 900 000 abonnés pour des matchs co-diffusés. Ce sont des scores extrêmement importants et on s’en réjouit. Sur les autres matchs, on réalise des scores très intéressants, aux alentours de 300 000 abonnés. Ces scores d’audience prouvent que cette Coupe du monde féminine est un succès populaire. Elle est également un succès médiatique. Il ne manque plus que le succès sportif. Il est entre les mains des Bleues et on sera là pour les accompagner.

Ce succès dépasse-t-il vos attentes ?

Pour moi, c’est tout sauf une surprise. Je crois au football féminin depuis longtemps. Ces audiences viennent confirmer à la fois une intuition au départ et une stratégie que nous poursuivrons au-delà de la Coupe du monde. Car quel que soit le résultat sportif, cette image va bénéficier à cette équipe de France féminine, mais aussi au football féminin. Et quand les projecteurs de la Coupe du monde vont s’éteindre, avec j’espère une victoire de la France, il restera un diffuseur, à savoir Canal+, qui continuera de diffuser la D1 féminine.

Une intuition qui remonte à il y a dix ans…

L’histoire avec les Bleues a commencé en 2009 peu de temps après le lancement de Direct 8. Yannick Bolloré était à la tête de la chaîne et voulait en faire une chaine généraliste autour des piliers que sont le cinéma, les séries, l’information, le divertissement et le sport. Et le sport le plus populaire est évidemment le football et on s’est demandé ce qu’on pouvait acquérir en phase avec les budgets d’une jeune chaîne. L’appel d’offres de la Fédération avec l’équipe de France Espoirs et féminine est arrivé au bon moment et nous avons décidé d'accompagner l'équipe de France. C’est un petit clin d’œil du destin ce calendrier. Car il n’y a rien de plus emblématique que la «marque» équipe de France.

Et ce pari s’est révélé gagnant…

On a mis toutes nos forces, nos convictions et notre envie dans la bataille. Et les téléspectateurs ont été à chaque fois de plus en plus nombreux jusqu’à réaliser des records d’audiences sur la TNT. C’est le fruit d’une forte collaboration avec la FFF et de son président Noël Le Graët ainsi que Brigitte Henrique. Nous avons toujours cru au football féminin et les chiffres d’audience nous donnent raison.

Pensez-vous pouvoir un jour réaliser les mêmes audiences avec la D1 féminine ?

Comme avec l’équipe de France, il faudra peut-être dix ans pour arriver au même niveau. Mais je crois qu’un jour la D1 féminine sera au niveau de la Ligue 1. J’en ai l’intime conviction. Ce championnat deviendra un grand championnat et nous aurons de belles affiches à proposer à nos abonnés. Il faut être patient et que tout le monde travaille dans le même sens. La télévision est là pour mettre en lumière et permettre de développer cette notoriété, mais il faut que les clubs nous suivent. Et on ne peut pas parler de football féminin sans parler de Jean-Michel Aulas qui fait un travail extraordinaire avec Lyon depuis très longtemps. Il est récompensé par les titres en championnat et en Ligue des champions. Il a fait beaucoup pour le football féminin. Avec le groupe Canal, on prend notre part, mais il aura fait beaucoup, comme Noël Le Graët et le staff de la Fédération.

Cette Coupe du monde bénéficie également d’une large couverture sur les chaines du groupe…

Cette compétition bénéficie d’une mobilisation totale de la rédaction, renforcée par des consultantes, pour les avants-matchs, les matchs, mais aussi les différentes émissions spécialement dédiées au Mondial (L'Info du sport, Late Football Club, Canal Football Club). Il y a une vraie volonté de notre part de traiter cette Coupe du monde comme on traite le football sur Canal+ avec le même regard critique de nos journalistes et consultants et une totale liberté éditoriale.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles