Madagascar, Algérie, stades vides, stars… les tops et les flops de la phase de groupes de la CAN 2019

Les Egyptiens ont assumé leur statut de favoris.[PictureAlliance / Icon Sport]

La phase de poules de la Coupe d’Afrique des nations 2019 s’est achevée mardi soir. Entre une surprenante équipe de Madagascar, des stades vides, des problèmes d’arbitrages et l’Afrique du nord très en forme, tour d’horizon de ce qu’il s’est passé avant les huitièmes de finale.

Les tops :

Madagascar, la sensation

C’est la bouffée d’oxygène de cette CAN 2019. Pour sa première toute première compétition internationale, Madagascar a terminé premier de sa poule, invaincu (deux victoires dont une face au Nigéria, un nul). Les Zébus, entraînés par le Français Nicolas Dupuis, affronteront la RD Congo en huitièmes de finale avec l’envie d’aller encore plus loin.

A noter aussi les très belles performances de l’Ouganda et du Bénin.

L’Afrique du Nord en force

Avec trois victoires sur trois et aucun but encaissé, l’Egypte, le Maroc et l’Algérie ont fait le plein de confiance et dominé leur groupe dans cette CAN 2019. Si les coéquipiers de Mohamed Salah, déjà deux buts, n’ont pas été inquiétés et n’ont pas forcé non plus, cela aura été plus compliqué pour les Marocains. Les hommes d’Hervé Renard ont réussi le sans faute grâce à une défense solide et un réalisme parfois chanceux comme ce but contre son camp d’un Namibien en toute fin de match. Mais la sélection nord-africaine qui a le plus impressionné, c’est l’Algérie. Arrivés sur la pointe des pieds, les joueurs de Djamel Belmadi ont montré qu’ils étaient de sérieux prétendants au titre. En atteste leur très belle victoire face au Sénégal.

La CAN en été, c’est validé

C’était aussi la grande interrogation. Est-ce que la compétition allait fonctionner en été. Force est de constater que c’est bien le cas. Les joueurs n’ont pas la pression de leur club comme en hiver. Les pelouses sont bonnes malgré les températures parfois très chaudes (37°), le beau football est au rendez-vous. Certes, les matchs de 16h30 n’auront pas été les plus fantastiques mais globalement c’est réussi.

les flops

Stades, ça sonne creux

C’est le seul gros point noir pour le moment. Si l’organisation est réussie et le fait de jouer la CAN en été est une bonne chose, les stades de cette CAN 2019 sonnent souvent creux. A part pour les matchs de l’Égypte, pays hôte. Le prix des places, les tensions sécuritaires et les dernières interdictions de stades en championnat sans oublier l'attribution tardive de l'organisation (en janvier) y sont peut-être pour quelque chose.

Où sont les stars ?

Si Mohamed Salah a eu besoin d’un match pour entrer dans la compétition, les autres stars de la CAN 2019 n’ont pas encore brillé. Hakim Ziyech (Maroc), Sadio Mané (Sénégal), Nicolas Pépé (Côte d’Ivoire) ou encore Riyad Mahrez (Algérie) n’ont pas montré toute l’étendue de leur talent. Mais peut-être vont-ils se libérer lors de la phase finale ?

Le VAR se fait désirer

En décidant de n’intégrer l’assistance vidéo qu’à partir des quarts de finale, la CAF a pris une décision assez étrange. Surtout que l’épisode de la finale de la Ligue des champions entre l’Espérance de Tunis et le Wydad Casablanca avait alerté. Et forcément, les décisions arbitrales lors de cette phase de poules ont parfois fait jaser. Encore un tour et le VAR sera là !

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles