Homophobie dans les stades : Didier Deschamps soutient Noël Le Graët

Didier Deschamps a pris la défense de Noël Le Graët, dans la tourmente après ses propos sur l'homophobie dans les stades. [Icon Sport]

En pleine tempête après ses propos sur le racisme et l’homophobie dans les stades, Noël le Graët, président de la Fédération française de football, a pu compter sur le soutien de Didier Deschamps.

«Je n’ai pas pour habitude de commenter les déclarations de mon président, mais ce que je peux vous assurer c’est que sur le plan humain, c’est quelqu’un qui a toujours lutté contre toutes les discriminations dans le football», a souligné mardi soir le sélectionneur de l’équipe de France.

Et d’ajouter : «tous les services dans la Fédération vont dans ce sens-là pour qu’il y ait le moins de problèmes possibles dans le football».

Noël Le Graët, opposé à l’arrêt des matchs en cas de manifestations homophobes dans les stades, a suscité une vive polémique en affirmant que le racisme et l’homophobie n’étaient pas «la même chose».

«Considérer que le football est homophobe, c’est un peu fort de café. Je n’accepte pas. On va faire en sorte que ça disparaisse, mais l’arrêt des matchs c’est autre chose […] On va faire en sorte qu’il n’y ait plus de banderoles, mais arrêter les matchs c’est non», avait-il ainsi déclaré sur FranceInfo. Le président de la FFF s’était en revanche déclaré favorable à l’arrêt des matchs en cas d’insultes racistes. «J’arrêterais un match pour des cris racistes, j’arrêterais un match pour une bagarre, des incidents s’il y a danger dans les tribunes», avait-il détaillé.

Recadrage de la ministre des Sports

Des propos qui ont fait réagir la ministre des Sports, Roxana Maracineanu. «La position qu’a prise Noël Le Graët en faisant une différenciation entre homophobie et racisme est erronée», a-t-elle ainsi déclaré, rappelant que «l’homophobie, au même titre que le racisme, est punie par la loi».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles