Les Bogdanov : « nous avions envie de changer des essais ou de la télévision »

Un frère Bogdanov[Capture d'écran youtube ]

Après le succès du Visage de Dieu, paru en 2010, les frères Bogdanov prirent la décision en 2011 de rééditer leur roman de science-fiction La mémoire double, sorti en 1984. Un héros enfermé dans un monde virtuel, des agents spéciaux qui le traquent... La saga Matrix, sortie une quinzaine d’années plus tard, se serait- elle inspirée de leur ouvrage ? Pour se faire un avis, il faut se plonger dans ce récit au suspense haletant, où métaphysique et science font, comme d’habitude chez les jumeaux, bon ménage.

 

Archive – article publié le mardi 17 mai 2011

 

Quel est le cœur de ce livre ?

Grichka Bogdanov : Le héros, Antoine, est un paysan gascon qui vit au rythme immuable des travaux agricoles des années 1950. Mais son univers va être bouleversé par l’arrivée de deux agents en noir qui lui demanderont de manière insistante son numéro de Sécurité sociale. A partir de là, il va voir apparaître un monde et des phénomènes qu’il ne connaît pas. Sans dévoiler l’intrigue, son rôle aura des répercussions sur la guerre froide, avec pour question : existe-t-il une autre réalité à côté de notre monde physique ?

 

Pourquoi ce titre ?

G. B. : Une grande part de l’action se situe dans le Gers, où nous-mêmes avons grandi enfants. Mais l’action fait place aussi à la science la plus pointue, qui fait partie de notre univers à Igor et moi. Il s’agit donc de présenter au lecteur un double trajet, celui de notre mémoire d’enfance et celui de notre passion, sous forme d’un techno-thriller.

 

On vous connaît pour votre œuvre de vulgarisation scientifique. Pourquoi ce roman ?

G. B. : Le roman répond à trois désirs. Celui du style : nous avions envie de changer des essais ou du travail pour la télévision. Celui, ensuite, de témoigner de la vie paysanne de l’époque, qui est un monde en train de disparaître. Enfin, à l’inverse, celui de s’ancrer dans le pôle de la modernité, avec des notions avant-gardistes, comme la Matrice, la réalité virtuelle et l’intelligence artificielle. La vraie science-fiction doit garder la ligne d’un rêve rationnel, et donc cohérent.

 

Vidéo : Les Bogdanov, Dieu et la science

 

 

Vous écrivez dans votre préface que le livre aurait influencé les frères Wachowski pour le film Matrix (1999). Expliquez-nous...

G. B. : Nous avons été contactés en 1997 par un groupe de cinéma canadien, qui a acheté les droits du livre. John Woo était très intéressé pour l’adapter, mais n’a pas pu faute de temps. Nous avons récupéré les droits en 1999, après de nombreux allers-retours dans les mains de réalisateurs. La même année sort Matrix, qui comprend beaucoup de similitudes avec La mémoire double, comme l’idée de la Matrice, univers virtuel dans lequel Antoine est plongé et où de mystérieux agents traquent le héros. Ou le fait aussi que ce soit un lapin blanc qui permette à Antoine de «passer» dans l’autre monde, exactement comme Neo dans Matrix, qui doit «suivre le lapin blanc» pour s’éveiller à la réalité du monde qui l’entoure. C’est une des raisons qui nous ont poussés à rééditer ce livre, pour offrir une variation sur ce thème aux lecteurs.

 

Cette réédition annonce-t-elle un nouveau roman ?

G. B. : Après cette première expérience, nous avons envie de retrouver les contraintes du roman, si différentes de l’écriture scientifique. Notre prochain récit tournera autour d’un mystère scientifique apparu en 1913, inexpliqué depuis. Il devrait sortir en juin 2012, mais je ne peux vous en dire plus.

 

Les frères Bogdanov : « révélations avant le big bang »

Les frères Bogdanov, auteurs de La Pensée de Dieu

Vidéo : les Bogdanov présentent les mystères de Planck

 

Vous aimerez aussi

Haïm Korsia, Grand rabbin de France :  «Les antisémites et tous les racistes sont des terroristes»
Interview Haïm Korsia, Grand rabbin de France : «Les antisémites et tous les racistes sont des terroristes»
Francis Kalifat, président du Crif, lors d'un discours prononcé à l'occasion de la cérémonie marquant le 75e anniversaire de la rafle du Vél d'Hiv à Paris, en juillet 2017.
Interview Francis Kalifat, président du Crif : «Il y a une banalisation de l'antisémitisme»
Pascal, ex-président de l'OFPRA, dénonce la reconduite systématique des migrants en méditerranée
Asile Pascal Brice, ex-président de l'OFPRA, dénonce la reconduite systématique des migrants en Méditerranée

Ailleurs sur le web

Derniers articles