Google Maps jongle avec les frontières de la Crimée

Google Maps doit s'adapter au statut géopolitique trouble de la Crimée[Justin Sullivan / Getty Images/AFP/Archives]

Malgré son rattachement à la Russie, le statut géopolitique de la Crimée demeure flou. Européens, Américains et Russes n’ont pas tout à fait la même vision de la situation. Et le service de cartographie Google Maps s'est adapté pour ne froisser personne.

 

Le 18 mars dernier, la Crimée décidait son rattachement à la Fédération de Russie.

Pour les pro-russes, cette annexion est démocratique, puisque justifiée par un référendum. En revanche, pour les Européens et les Américains, il s'agit d'une incorporation forcée, dans la mesure où des forces armées russes sont entrées en Crimée avant même que le rattachement n’ait eu lieu.

Google Maps qui offre un service satellite à tous les pays concernés a réussi à trouver une issue pour éviter de se faire des ennemis.

 

Trois versions différentes

Ainsi, sur la version ukrainienne de Google Maps, aucune frontière n’apparait entre la Crimée et l’Ukraine :

 

Au contraire, les Russes voient nettement la démarcation qui prouve que la Crimée fait désormais partie de leur pays :

 

Pour le reste du monde, la frontière apparait en pointillés :

 

Une représentante de Google a expliqué à l’agence de presse russe ITAR-TASS que Google Maps devait s’adapter aux lois des différents pays : "L’équipe de Google Maps fait de son mieux pour tracer objectivement les frontières entre les régions disputées. Dans des cas comme celui-ci, les frontières sont les frontières sont tracées d’une façon spéciale. Dans les pays où nous avons une version locale de nos services, alors nous nous plions aux lois locales".

 

La Crimée demande son rattachement à la Russie

Etats-Unis : sanctions contre des leaders de Crimée et un groupe gazier

Moscou renforce son emprise sur la Crimée

Vous aimerez aussi

Un Nicaraguayen brandit une pancarte de soutien aux journalistes Miguel Mora et Lucia Pineda, accusés de terrorisme par le régime de Daniel Ortega, lors d'une manifestation le 22 décembre 2018 à San José au Costa Rica [Ezequiel BECERRA / AFP]
Politique Nicaragua : une deuxième journaliste critique du régime d'Ortega accusée de «terrorisme»
Un "gilet jaune" à un rond-point à Saint-Beauzire (centre), salue les automobilistes, le 15 décembre 2018 [Thierry Zoccolan / AFP]
Social «Gilets jaunes» : Après la décrue de samedi, l'exécutif mise sur une sortie de crise
Edouard Philippe, à l'hôtel Matignon le  3 décembre 2018 [FRANCOIS GUILLOT / AFP]
Mouvement social Gilets jaunes : l'exécutif vers un geste pour initier une sortie de crise

Ailleurs sur le web

Derniers articles