Tout savoir sur Tatiana Silva, la nouvelle Miss Météo de TF1

Méconnue en France, la longiligne brune l’est beaucoup moins en Belgique, où elle est née le 5 février 1985.[AFP]

Elle fera la pluie et le beau temps de TF1 et de LCI à partir du mois de mars. Tatiana Silva, mannequin belge d’origine capverdienne, va devenir, à partir de mars, la nouvelle miss météo des deux chaînes.

Méconnue en France, cette pimpante brune l’est beaucoup moins en Belgique, où elle est née le 5 février 1985. En décembre 2004, elle a décroché le prestigieux titre de Miss Belgique, quelques mois après celui de première dauphine de Miss Bruxelles.

 

♥♥♥ #customisezmoi #velalingerie @barbaravelalingerie #goodnight #collectingmemories

Une publication partagée par Tatiana Silva (@tatianasilva05) le

Commence alors pour elle une carrière télévisuelle riche à la faveur de sa plastique irréprochable. En 2006, elle fait ses armes sur la chaîne AB3 pour commenter Miss Swan, une émission de télé-réalité. La Belge anime ensuite plusieurs émissions dont les thèmes varient, passant du bien-être au développement durable.

A lire aussi : Tout savoir sur Chloé Nabédian, la nouvelle Miss Météo de France 2

A partir de 2009, Tatiana Silva devient Miss Météo pour la chaîne de télévision publique, la RTBF. Elle se fait aussi remarquer en participant au jeu de téléréalité Expeditie Robinson 2000. En France, c’est M6 qui la première a repéré son talent et lui a confié la présentation des bulletins météo, en alternance avec Laurence Roustandjee et Cali Morales à partir de 2013. Ses prestations sont remarquées, au point que TF1 décide de la choisir pour succéder à Catherine Laborde. 

 

Bienvenue @tv5monde  #weatherpresenter #weatherforecast #worldweather #lovemyjob #tv5monde @northsealiegeverviersvise

Une publication partagée par Tatiana Silva (@tatianasilva05) le

Côté coeur, le chemin de Tatiana Silva est plus sinueux. On sait qu'elle a fréquenté quelques mois le chanteur Stromae. Egérie de la marque Vela Lingerie, Tatiana Silva ne se résume pas seulement à sa plastique. C'est aussi une tête bien faite : polyglotte (elle parle couramment quatre langues), elle a suivi plus jeune des études en sciences politiques à l’université libre de Bruxelles. L’Unicef ne s’y est pas trompé et a trouvé en elle, une ambassadrice de choix.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles