Bernard de la Villardière : «La légalisation du cannabis ? Je ne suis pas forcément contre.»

Bernard de la Villardière consacre le deuxième numéro de «Dossier Tabou» au cannabis.[©Renaud Corlouer/M6]

Après l’islam en France, le magazine «Dossier Tabou» pose la question de la légalisation du cannabis en France. Trafics, économie souterraine, corruption, santé publique, etc. Bernard de la Villardière et ses équipes dressent un état des lieux de ce sujet... tabou.

Avec ce nouveau numéro de «Dossier Tabou», l’animateur propose de traiter la question du cannabis en France de la manière la plus large possible en s’intéressant aussi bien aux trafics qui gangrènent certaines cités qu'à l’action des forces de police et de l’Etat pour enrayer (ou pas) le phénomène, en donnant la parole à des médecins spécialisés, ou encore en analysant les résultats obtenus par des pays ayant fait le choix de la légalisation.    

Quelle idée vous faisiez-vous du cannabis avant de commencer votre enquête ?

J’ai une idée assez précise du cannabis puisqu’il y a vingt ans, j’ai écrit, avec Vincent Nouzille, L’anti-drogue, dans lequel je me suis intéressé à la lutte contre le trafic de drogues en France et dans le monde. A l’époque, les libéraux - dans le sens économique du terme - étaient pour la légalisation du cannabis. Et la conclusion était que la guerre n’avait pas été vraiment déclarée, alors que certains arguaient qu’elle avait été perdue. On ne prenait pas position sur la légalisation, mais je vous dis cela pour montrer que tout ça, c’est une vieille histoire. Le thème de la légalisation a surgi plutôt à droite, chez les libéraux. Il disent : «Pas d’états d’âme, s’il y a une demande, il faut qu’il y ait une offre. Ça crée du business, l’individu est libre et doit pouvoir décider de lui-même s’il se drogue». Ces théories étaient libérales, et ce qui est étonnant, c’est qu’elles sont reprises aujourd’hui par des candidats de gauche.

Et c’est en totale opposition par rapport ce que se passe en France aujourd’hui…

La loi française est plutôt répressive, voir ultra-répressive par rapport à d’autres législations en Europe, notamment au Portugal, en Espagne ou aux Pays-Bas. Et elle n’a pas vraiment montré son efficacité puisque nous sommes un des plus gros consommateurs de cannabis au monde avec 1,6 ou 1,7 millions de consommateurs réguliers en France. Il y a entre 6 et 7 millions de personnes - même si cela est très difficile à chiffrer - qui disent avoir déjà testé. Avec cette émission, on essaie de poser les éléments du débat, sans prendre réellement parti. Personnellement, moi qui suis père de famille, même si mes enfants sont grands aujourd’hui, j’ai plutôt tendance à être contre.

On voit que l’Etat a parfois baissé les bras, ou que les mesures répressives et policières sont inefficacesBernard de la Villardière

Quel rapport avez-vous personnellement avec le cannabis ?

Je fais partie de la génération des gens qui avaient 20 ans à la fin des années 1970, donc j’ai fumé du cannabis, bien évidemment. J’en fumais à l’époque tout en sachant qu’il s’agissait d’une drogue douce et qu’il ne fallait surtout pas franchir la frontière. Car j’ai voyagé en Inde et au Népal à la même époque, et j’ai vu ce que c’était un junkie. Des squelettes ambulants, des gars qui avaient 25 ans, 30 ans, et qui étaient héroïnomanes.

Il y a quand même une différence entre le fait d’être héroïnomane et fumer un joint

Oui, bien sûr. Mais on disait de faire attention à l’escalade, et à l’époque, le cannabis était considéré comme une drogue douce. Aujourd’hui, les choses ont un peu changé. Le cannabis est devenu une drogue dure. Avant, on expliquait qu’on ne pouvait pas être dépendant au cannabis, qu’il y avait éventuellement une dépendance psychologique, mais pas physique. Et aujourd’hui, on s’aperçoit que c’est faux, car il y a tellement de psychotropes dans le cannabis, de principes actifs - à cause des croisements de plantes, etc. - qu’elle peut devenir une drogue dure. Et que par ailleurs, il y a une accoutumance, et une dépendance, la preuve étant qu’il y a des centaines de milliers de jeunes français qui en sont victimes avec entre 30 à 40.000 personnes qui sont suivies pour une dépendance forte au cannabis, avec des conséquences sur la santé, et particulièrement sur la santé mentale, qui sont malencontreuses quand on a 16, 17 ou 18 ans. Et des médecins nous ont expliqué que, quand on fume du cannabis à 13, 14, 15 ans, on peut handicaper sérieusement ses capacités intellectuelles.

Quels sont les autres temps forts de l’émission justement ?

La première partie s’intéresse au trafic, et où nous en sommes dans cette guerre. Et on voit que l’Etat a parfois baissé les bras, ou que les mesures répressives et policières sont inefficaces, car les dealers sont toujours là et que des cités entières se retrouvent entre les mains de trafiquants. On montre aussi le fait qu’il y a une économie parallèle, illégale, car il y a au moins 200.000 personnes qui vivent plus ou moins du cannabis en France. Il y en a un peu moins de 10.000 qui gagnent beaucoup d’argent, tandis que les autres sont des «smicards» du cannabis. Des policiers nous expliquent aussi que cela peut, malheureusement, être une manière dans certaines communes de préserver la paix sociale.

Car cette économie parallèle fait vivre en partie certains quartiers. Un policier nous le dit d’ailleurs dans le reportage, que les supermarchés constatent une baisse de leur chiffre d’affaires quand la police a réalisé, quelques semaines plus tôt, des descentes pour tenter d’éradiquer un réseau. Et on essaie de montrer cette problématique sous tous ses aspects. Le clou du reportage est l’interview d’un infiltré qui s’appelle Hubert Avoine, qui a travaillé pour la police française, et a participé à l'enquête concernant François Thierry, l’ancien patron de l’Office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants (Ocrtis). Il nous explique avoir participé à des livraisons surveillées de plusieurs tonnes de cannabis qu’il a contribué à faire venir en France via l’Espagne. Et qui se sont évanouies dans la nature très bizarrement. Il soupçonne fortement des personnes de la police française de s’être enrichies sur ce trafic sous prétexte de livraisons surveillées. Nous avons également interviewé un policier de la brigade des stups qui, sous couvert d’anonymat, dévoile un certain nombre de choses sur les pratiques dans ces services. Et je pense qu’on va en parler dans les semaines à venir car on parle beaucoup de la corruption dans le monde politique. Mais il y en a aussi dans la police.  

Qu’est-ce qui vous a le plus surpris sur le terrain et lors de vos recherches ?

Nos révélations sur les pratiques à une certaine époque de la part d’un certain nombre de gens au sein de l’Octris, là nous sommes dans une affaire - où la justice aura à trancher bien évidemment - plutôt trouble et qui révèle des pratiques relativement louches. Ce n’est pas étonnant d’ailleurs, car l’argent de la drogue, et notamment celui du cannabis, représente entre 1,5 et 2 milliards d’euros de chiffre d’affaire chaque année en France. C’est de l’argent illégal. Il n’est pas étonnant qu’il finisse par corrompre. Les policiers sont des êtres humains, et ils n’échappent pas plus que les politiques à la tentation de la corruption et de l’enrichissement personnel. Donc oui, j’ai été étonné et préoccupé car je me suis demandé comment on allait faire machine arrière, et comment on allait nettoyer les écuries d’Augias.

J’ai aussi été surpris par la situation d’une cité HLM de Compiègne. Car on dit souvent que les trafics sont dans les cités des grandes villes, notamment en région parisienne. Mais non, l’économie illégale du cannabis gangrène aussi des villes à priori paisibles et tranquilles. Et c’est ce que nous essayons de montrer à Compiègne. Ce qui m’a choqué, c’est l’inaction de l’Etat français qui laisse des populations entières être les otages de ces situations. C’est de la non-assistance à personne en danger, et c’est l’hypocrisie du système. Alors, soit on se dit que la guerre est perdue et on tente de légaliser. Soit on mène vraiment la guerre.

Pourquoi légaliser reviendrait-il à perdre la guerre ?

Parce qu’on parle toujours de la guerre contre la drogue. Je reprends une expression des ministres de l’intérieur successifs et qui prennent toujours des tons martiaux pour parler de lutte contre le trafic de stupéfiant. Je ne reprends pas forcément ça à mon compte. Je dis juste que si l’Etat n’a pas l’intention de mettre les moyens pour lutter contre ces trafics, il vaut peut-être mieux de légaliser et feindre de contrôler quelque chose qu’on ne contrôle plus. Après, en ce qui concerne la légalisation, je ne suis pas forcément contre.

Le problème, c’est que ça se prépare. Il faut y aller étape par étape, et c’est ce que me disait le chef de la police de la ville de Denver, dans le Colorado (Etat américain qui a légalisé le cannabis en 2014, ndlr). Car un des arguments de ceux qui veulent la légalisation, c’est dire que les délinquants ne seront plus des délinquants, mais qu’ils auront pignons sur rue en ouvrant leur commerce légalement et paieront des taxes. Et ce n’est pas ce que m’a dit le chef de la police de Denver. Les délinquants ne vont pas devenir de gentils businessmen. Le risque est que cette délinquance se concentre sur l’héroïne et la cocaïne, ou sur la traite d’êtres humains. Il ne faut pas croire que nous allons assécher la délinquance et le trafic en légalisant le cannabis.

Qui affirme que la légalisation permettra d’éradiquer la délinquance ?

Les tenants de la légalisation le disent.

On entend que cela permettrait de récolter des recettes fiscales pour l’Etat et que cet argent pourrait servir, entre autres, à financer des campagnes de sensibilisation, d’aide aux personnes dépendantes, ou de créer des emplois… mais pas forcément que cela mettrait un terme à la délinquance, si ?

Si, et c’est ce que dit le rapport de Terra Nova. C’est un de leurs arguments, ce n’est pas le seul. Un autre argument est de dire «contrôlons ce qu’on ne contrôle plus et faisons entrer des recettes dans les caisses de l’Etat» et on va pouvoir faire davantage. C’est ce que disent les médecins que nous avons interviewé, notamment le docteur Karila de l’hôpital Paul-Brousse à Villejuif, qui est addictologue, et qui dit «moi je suis pour la légalisation car au moins, on pourra suivre de près les consommateurs, contrôler les produits, faire de la recherche» avec les recettes tirées de la légalisation du cannabis, etc. 

Pourquoi le débat sur le sujet semble-il si difficile, voire impossible, en France, alors que de nombreux pays, comme les Etats-Unis, ont fait évoluer leur point de vue sur le sujet ?

Cela ne me surprend pas. Quand on parle de la relation aux drogues, on est sur plusieurs plans à la fois, le plan économique, géopolitique, il y a aussi des enjeux de santé, de sécurité publique, mais aussi philosophiques. Il y a là la question du rapport de l’Etat vis-à-vis du citoyen. Il y a des drogues légales en France, l’alcool et le tabac. L’alcool est un mal accepté qui est entré dans notre culture. Alors faut-il légaliser une autre drogue, sachant qu’on en a deux qui font déjà des dégâts et contre lesquelles l’Etat mène des actions extrêmement fortes, à travers diverses mesures comme l’augmentation du prix des cigarettes. Aujourd’hui, on voit bien que les gens qui fument des cigarettes autour de nous sont presque regardés comme des délinquants par la société. On restreint toujours plus l’espace dans lequel ils peuvent s’adonner à leur addiction. Donc moi, ça ne m’étonne pas que ce débat continue de déchaîner les passions. J’ai bien des convictions personnelles sur la question, mais je n’ai pas d’idées arrêtées.

Dossier Tabou : « Et si on légalisait le cannabis en France ? », lundi 27 mars à partir de 21h sur M6. A voir en replay sur 6Play.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles