Centenaire de la Première Guerre mondiale : retour sur une semaine chargée pour Macron

Mis à jour le Publié le

Il voulait casser les codes d’une visite présidentielle et aller directement à la rencontre des Français : Emmanuel Macron a été servi et en pleine face a reçu la colère populaire lors de ses différentes visites en cette semaine de commémoration.

À peine arrivé à Verdun le 6 novembre, à sa descente de voiture, le président de la République s'est fait siffler et huer. Dans des villes fortement affectées par la désindustrialisation, Emmanuel Macron entend la grogne. Celle des retraités, notamment. Le président écoute, ce jour-là, il prend même vingt-cinq minutes pour faire de la pédagogie et expliquer ses intentions.

Son voyage itinérant dans l’Est et le Nord de la France a aussi été marqué par l’évocation d’un hommage au maréchal Pétain. Le dossier a provoqué une violente controverse, forçant Emmanuel Macron à rétropédaler.

Les bains de foule ne se sont pas toujours transformés en séances de récrimination. Il a «payé sa tournée», dans un PMU de Lens. Il a même laissé une Française lui retirer du rouge à lèvre sur les joues… Une véritable opération séduction pour le président. 

Après six jours d’itinérance, Emmanuel Macron en fait un bilan positif. L’Élysée a déjà annoncé que cette itinérance aurait des suites. Mais pour le moment, un déplacement du même format n’est pas encore prévu.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles