Incendie à Paris : la suspecte était sortie de l'hôpital psychiatrique le 30 janvier

Par CNEWS -
Mis à jour le Publié le

Lors d'une conférence de presse, organisée ce mercredi 6 février, le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, est revenu sur la suspension de la garde à vue de l'incendiaire présumée, à l'origine du drame de la rue Erlanger, dans le 16ème arrondissement de la capitale.

Il a indiqué que la quadragénaire, alcoolisée au moment de son arrestation, tenait des propos confus au terme desquels elle a nié les faits. Le procureur de la République est ensuite revenu sur les antécédents judiciaires et psychiatriques de la suspecte.

«Je vous précise qu’aucune condamnation ne figure dans son casier judiciaire, a-t-il commencé. Elle a toutefois déjà été impliquée dans deux procédures en 2016, l’une pour vol précédé de dégradation, en l’occurrence la mise à feu de vêtements dans un magasin, et l’autre pour une contravention de violences». «Ces deux procédures ont fait l’objet d’un classement par le parquet de Paris. Classement motivé par l’état mental de la mise en cause, a ajouté Rémy Heitz».

«Mme Essia B. a fait par ailleurs l’objet de treize hospitalisations au sein de l’hôpital psychiatrique Sainte Anne à Paris entre 2009 et 2019, a-t-il précisé avant de conclure : «La dernière qui a été prise du 18 au 30 janvier 2019 a été levée sur décision médicale.»

A l'occasion de ce point presse, Rémy Heitz a également indiqué qu'une des victimes se trouvait dans un état d'urgence absolue. Dix personnes ont déjà perdu la vie dans le drame, survenu dans la nuit de lundi à mardi.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles