SOS Racisme révèle l’ampleur des discriminations sur le marché de la location

Par
Mis à jour le Publié le

Une enquête réalisée par SOS Racisme en Ile-de-France dévoile l’ampleur des discriminations dans la location de logement. Selon l’association, si vous êtes d’origine étrangère vous pouvez avoir jusqu’à près de 40% de chance en moins de trouver un logement qu’une personne d’origine française.

Pendant un an, les équipes de l’association ont mené une opération de grande ampleur. Elles ont répondu à près de 800 annonces immobilières de locations. Chaque dossier fictif contient les mêmes données, à une seule exception : la consonnance du nom.

 «Dans les jeunes actifs et les étudiants lorsque l’on est Français d’origine ancienne, on a beaucoup plus de chance d’avoir une réponse positive que lorsqu’on est notamment d’origine maghrébine, subsaharienne ou ultra-marine», explique Dominique Sopo président de SOS Racisme.

Autre test, des militants de l’association ont appelé 90 agences de la région en se faisant passer pour des propriétaires à la recherche de locataires. Ils formulent alors la demande claire aux agences immobilières d’écarter les candidats avec «des profils dits arabes ou noirs afin d'éviter les problèmes de voisinage».

«La moitié des professionnels qui ont été confrontés à un ordre de discrimination on soit ont accepté d’y faire bon droit, soit ont conseillé à la personne de le mettre en œuvre elle-même », continue Dominique Sopo.

Face à un tel constat, l’association anti-raciste demande la mise en place du «dossier anonyme», ainsi qu’une «formation obligatoire» à la non-discrimination pour les professionnels du logement et un «renforcement des sanctions pénales».

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles