Facebook a payé des adolescents pour récupérer leurs données personnelles

Facebook fait face à une nouvelle polémique. Facebook fait face à une nouvelle polémique.[LOIC VENANCE / AFP]

Facebook est au coeur d'une nouvelle polémique liée aux données personnelles. Une enquête du site spécialisé américain TechCrunch a révélé que le réseau social avait payé des utilisateurs, dont des adolescents âgés de 13 à 17 ans, afin d'obtenir un accès intégral à leurs téléphones et d'en analyser le contenu. 

Les participants, payés environ 20 euros par mois, étaient recrutés via des publicités ciblant en priorité les adolescents, selon TechCrunch. Ils devaient télécharger une application qui permettait à Facebook d'accéder aux données. La firme a nié que les publicités s'adressaient à des mineurs. 

En payant des volontaires, Facebook a obtenu l'accès aux messages et photos postés dans leurs applications de messagerie, à leurs mails, à l'historique de leurs recherches sur Internet, à la liste des applications installées ainsi qu'à la fréquence de leur utilisation, et même à l'historique de leur localisation géographique. 

Facebook aurait également demandé aux participants de lui fournir des captures d'écran de leurs achats sur Amazon.

Les règles de confidentialité d'Apple violées ? 

Selon la firme de Mark Zuckerberg, les adolescents impliqués ont obtenu l'accord de leurs parents. Mais des journalistes de la BBC, se faisant passer pour un adolescent de 14 ans, sont parvenus à télécharger l'application sans que leur soit demandé une quelconque autorisation parentale. 

Suite à ces révélations, le réseaux social a publié un communiqué pour se défendre. «Malgré certaines informations, il n'y avait rien de 'secret' à ce propos. Cela s'appelait «l'application de recherche Facebook». Il ne s'agissait pas d'espionnage, dans la mesure ou l'ensemble des participants avait donné son assentiment et était payé pour participer (...) Finalement, moins de 5% des personnes qui ont décidé de participer à cette étude de marché étaient des adolescents. Tous ayant signé un document attestant de l'autorisation parentale.»

Cette étude pourrait également poser problème car elle violerait les règles de sécurité et de confidentialité d'Apple. Facebook a fait savoir que le programme serait interrompu sur les terminaux de la firme à la pomme. En revanche, une telle mesure n'est pas prévue pour les téléphones sous Androïd.

À suivre aussi

Réseaux sociaux Un tweet jugé raciste de Nadine Morano continue de faire des vagues
Réseaux sociaux Vidéo : une araignée à visage humain agite Twitter
Technologies FaceApp : faut-il craindre pour sa vie privée ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles