Tout ce qu’il faut savoir sur la saison NBA : Central Division

Lebron James.[David Liam Kyle / NBAE / Getty Images / AFP]

Quatre mois après le sacre des San Antonio Spurs, c’est une nouvelle saison NBA qui commence dès aujourd’hui. Qui sont les favoris ? Qui va faire quoi ? Qui sont les joueurs à suivre ? Directmatin.fr vous dit tout. Division par division. Focus sur la division "Central".

 

CHICAGO BULLS

P****, deux ans. Après deux saisons blanches, Derrick Rose ne souhaite qu’une seule chose : pouvoir jouer sans se blesser, et, peut-être dans un second temps, retrouver son meilleur niveau. Les matchs de présaison ont laissé entrevoir une pointe d’optimisme à ce sujet. Une chose toutefois ne changera pas à Chicago, et ce tant que Tom Thibodeau sera sur le banc, à savoir la combativité des joueurs et une défense intraitable.

Arrivées notables

Pau Gasol, Nikola Mirotic, Doug McDermott (draft)

Départs notables

D.J Augustin

Les ambitions du club cette saison ?

Elles reposent sur les genoux de Derrick Rose. S’ils tiennent le coup et qu’il retrouve son meilleur niveau, les Bulls ont une chance d’aller très loin en playoffs, et pourquoi pas de gagner le titre. Si Rose ne parvient pas à effleurer les performances de sa saison de MVP en 2011 (et ça ne va pas être facile), les Bulls risquent de manquer de ressources face à leur principal rival, les Cavaliers de Cleveland.

Les points forts

Le jeu intérieur de Chicago risque de faire des étincelles cette saison. Avec Joakim Noah, Pau Gasol, Taj Gibson et Nikola Mirotic, ils disposent de quatre joueurs complémentaires capables d’offrir un nombre incroyables de combinaisons à Tom Thibodeau. Défensif (Noah, Gibson), passe et rebond (Gasol, Noah), offensif (Gasol, Mirotic), les Bulls vont se faire plaisir dans la raquette.

Les points faibles

Quid des capacités défensives de Mirotic et Doug Mc Dermott, leur rookie expert en tir longue distance ? Les deux joueurs devront se surpasser en défense s’ils veulent jouer pour Thibodeau. Pau Gasol doit également prouver que la saison passée était une erreur de parcours, et non un indicateur que la fin de sa carrière (du moins en NBA) approche.

Le facteur X

Les genoux de Derrick Rose, encore une fois. Avec Rose dans l’effectif, les Bulls figurent parmi les favoris. Sans lui, l’équipe sera compétitive, mais sans réelle ambition.

Prévision

Au pire = Derrick Rose se blesse pour la saison. Les Bulls se qualifient pour les playoffs et se font éliminer au 1er tour. Comme l’an dernier.

Au mieux = Derrick Rose retrouve ses sensations et redevient le joueur extraordinaire d’avant sa blessure. Ils éliminent LeBron James et les Cavaliers en finale de conférence Est avant de remporter leur premier titre NBA depuis 1998.

 

 

CLEVELAND CAVALIERS

L’enfant prodige est de retour. Quatre ans après avoir brisé le cœur des fans de Cleveland en direct à la télévision, LeBron James revient à la maison avec la ferme intention d’apporter à la ville son premier titre dans un sport majeur américain depuis 50 ans. Un exploit qui le ferait entrer instantanément dans la légende du sport US. Rien que ça.

Arrivées notables

LeBron James, Kevin Love, David Blatt (coach)

Départs notables

Andrew Wiggins, Anthony Bennett

Les ambitions du club cette saison ?

Avec un LeBron James au sommet de son art, toute saison qui se termine sans un titre NBA est un échec. Bon, ok, c’est un peu exagéré mais on n’en est pas loin. Avec Kevin Love et Kyrie Irving, le quadruple MVP et double champion NBA est bien entouré. David Blatt, champion d’europe l’an dernier avec le Maccabi Tel Aviv, est un coach exigeant qui favorise le jeu collectif. Certes, l’équipe devrait prendre un certain temps avant de donner sa pleine mesure. Mais ils vont y arriver. Ce n’est qu’une question de temps.

Les points forts

LeBron James. Kevin Love. Kyrie Irving. C’est déjà un excellent début. Coach Blatt a gagné partout où il a été. Mike Miller est un sniper derrière la ligne des 3 points. Les Cavaliers vont marquer beaucoup de points et gagner beaucoup de matchs.

Les points faibles

La défense intérieure laisse à désirer. Anderson Varejao est bon, mais il n’y a pas une saison où il ne souffre pas d’une blessure. Brendan Haywood, Lou Amundson, et Tristan Thompson ne sont pas des foudres en défense. Kevin Love n’est pas connu pour être un mur infranchissable. La profondeur du banc pourrait également devenir une issue au fur et à mesure que la saison avance. Au même titre que l’expérience en playoffs. Ni Irving, ni Waiters, ni Love n’ont participé aux phases finales depuis leur entrée dans la ligue.

Le facteur X

David Blatt va devoir apprendre à s’adapter au jeu NBA. Sans aucun doute. Mais il est un fin stratège qui sait comment exploiter le talent mis à sa disposition. L’équipe devrait connaître quelques moments difficiles en début d’année, le temps que tout le monde se familiarise avec le système de coach Blatt. Mais encore une fois, ce n’est qu’une question de temps.

Prévision

Au pire = Une défaite en finale de conférence Est face aux Bulls qui ont réussi à exploiter l’inexpérience de l’effectif des Cavaliers.

Au mieux = Champion NBA

 

 

MILWAUKEE BUCKS

C’est une nouvelle ère qui commence à Milwaukee. Jabari Parker et Giannis Antetoukounmpo représente l’avenir du club. Jason Kidd arrive sur le banc après son départ houleux de celui des Nets. Inexpérimenté, l’effectif des Bucks n’en reste pas moins équilibré avec ce qu’il faut de vétérans et de jeunes talents pour réussir une saison qui pourrait en surprendre plus d’un.

Arrivées notables

Jason Kidd (coach), Jabari Parker (draft), Jarryd Bayless

Départs notables

Ramon Sessions

Les ambitions du club cette saison ?

La priorité sera de développer les jeunes en leur donnant du temps de jeu. Et analyser la situation à partir de là. Les Bucks n’ont aucun intérêt à chercher à tout prix à atteindre les playoffs. S’ils y parviennent tant mieux. Sinon, tant pis. Le talent de Giannis Antetoukounmpo et de Jabari Parker devrait redonner rapidement le sourire aux fans. Jason Kidd aura fort à faire pour proposer un jeu un peu plus léché et excitant que celui de Brooklyn l’an dernier qui était d’un ennui… profond.

Les points forts

Jabari Parker est un excellent joueur offensif dont l’impact devrait se faire sentir immédiatement. Giannis «The Greek Freak» Antetoukounmpo semble prêt à assumer de plus amples responsabilités au sein de l’effectif. Brandon Knight, Nate Wolters et John Henson ont le potentiel pour s’imposer comme des joueurs sur qui coach Kidd pourra compter.

Les points faibles

Ils sont jeunes. Et en NBA, ça compte énormément, notamment en ce qui concerne la capacité des joueurs à gérer les exigences physiques et mentales d’un calendrier qui compte 82 matchs. Défensivement et offensivement, rien ne sera facile pour les Bucks.

Le facteur X

Larry Sanders doit apprendre à contrôler ses émotions et à améliorer son comportement sur et hors du terrain. Excellent défenseur et rebondeur, contreur impitoyable, il a brillé par ses absences l’an dernier à cause de multiples suspensions. Sa seule présence, et sa capacité à s’investir à 100% sur le terrain, serait déjà un grand pas en avant pour Milwaukee.

Prévision

Au pire = Jabari Parker se blesse, et Jason Kidd manque le développement des jeunes.

Au mieux = Les Bucks donnent l’illusion qu’ils peuvent accrocher une place en playoffs… avant de décrocher en milieu de saison. Ils obtiennent un des 5 premiers picks de la prochaine draft.

 

 

DETROIT PISTONS

Stan Van Gundy revient aux affaires. L’ancien coach d’Orlando a été embauché pour remettre de l’ordre à Detroit après une saison 2013-14 calamiteuse. Lui qui a toujours aimé travailler avec des intérieurs de talent (Shaquille O’Neal à Miami, Dwight Howard à Orlando) aura les mains pleines avec Andre Drummond, Greg Monroe, et Josh Smith. À suivre également sa relation avec le meneur de jeu Brandon Jennings… qui risque de connaître des hauts et des bas.

Arrivées notables

Stan Van Gundy (coach et président), Jodie Meeks, D.J Augustin

Départs notables

Rodney Stuckey, Will Bynum

Les ambitions du club cette saison ?

Essayer de faire fonctionner le trio Drummond/Monroe/Smith avec l’objectif d’atteindre les playoffs. Stan Van Gundy est confiant quant à sa capacité à trouver les solutions pour y parvenir. Son palmarès parle pour lui puisqu’il n’a encore jamais manqué les phases finales en sept saisons de coaching. La capacité de Brandon Jennings à rebondir après une saison décevante sera toute aussi importante.

Les points forts

Les Detroit Pistons ont la possibilité d’être un cauchemar défensif avec la doublette Drummond/Josh Smith, deux joueurs complémentaires capables de gêner considérablement les joueurs qui osent s’aventurer dans la raquette. En attaque, Stan Van Gundy devrait s’assurer que la balle passe par Greg Monroe le plus souvent possible. Excellent passeur, très bon dos au panier avec un touché de balle des plus raffiné, il sera entouré des shooteurs longue distance qui manquaient cruellement à l’équipe l’an dernier : Jodie Meeks, Caron Butler et D.J Augustin notamment.

Les points faibles

Josh Smith et Brandon Jennings ont le talent. Il leur faut maintenant apprendre à s’en servir. Cela paraît excessif, mais les preuves de leur manque d’efficacité sont criantes et documentées. Le premier doit apprendre à se discipliner et arrêter de balancer des « saucissons » à 5/6 mètres du panier, ou à 3 points, où il n’est manifestement pas très affûté. Contrairement à son jeu près du panier où il est un des tous meilleurs de la ligue. Pour Brandon Jennings, le problème n’est pas nouveau. L’ex-meneur de jeu des Bucks force beaucoup ses shoots, et persiste malgré ses échecs répétés. Avec une réussite aux tirs en dessous des 40% la saison passée (et sur l’ensemble de sa courte carrière), son obstination porte préjudice à l’équipe. Une meilleure sélection de ses shoots, et une meilleure distribution du ballon (il est meneur de jeu !) pourrait transformer son jeu, et celui de son équipe. C’est presque aussi simple que ça. Et Van Gundy ne manquera pas de le lui rappeler à chacune de ses erreurs. 

Le facteur X

Jodie Meeks, Caron Butler et D.J Augustin. Ces trois joueurs ont été recrutés pour punir les défenses affolées par la puissance du jeu intérieur des Pistons. Leur capacité à mettre les shoots longue distance est essentielle dans le système mis en place par Van Gundy. Ce sont eux qui donneront à aux intérieurs de Detroit l’espace nécessaire pour opérer dans la raquette.

Prévision

Au pire = Comme l’an dernier, il ne dépasse pas la barre des 30 victoires. Van Gundy cherche par tous les moyens à se débarrasser de Smith et Jennings au risque de les brader.

Au mieux = Une qualification en playoffs, une expérience bénéfique pour Drummond, Monroe et la jeune garde des Pistons, Kentavious Caldwell-Pope et Kyle Singler en tête.

 

 

INDIANA PACERS

Aïe, ça fait mal. Après s’être élevé en finale de conférence Est face Heat de Miami (deux défaites) les deux dernières saisons, Indiana s’apprête à faire un retour brutal sur la terre ferme. Le départ de Lance Stephenson à l’intersaison, et la vilaine blessure de Paul George cet été lors d’un match exhibition avec le Team USA qui devrait le tenir éloignée des terrains jusqu’à la saison prochaine, ont définitivement enterré les derniers espoirs d’un club déjà fébrile. 

Arrivées notables

Rodney Stuckey, C.J Miles

Départs notables

Lance Stephenson

Les ambitions du club cette saison ?

Le coach et les joueurs diront qu’ils peuvent tenir la distance, même sans Paul George et Lance Stephenson, qu’ils seront compétitifs, qu’ils vont défendre comme des diables et prouver à tout le monde qu’ils sont toujours au top. Mais c’est un véritable chemin de croix qui attend les Pacers. La perte des deux seuls joueurs capables de créer du jeu en attaque (et déjà, ce n’était pas facile tous les soirs) devrait se révéler fatale. Ce serait un exploit s’ils parvenaient jusqu’en playoffs.

Les points forts

Leur pivot Roy Hibbert est un excellent défenseur qui oblige l’équipe adverse à réfléchir à deux fois avant de s’aventurer dans la raquette. David West est un joueur orgueilleux et un leader sur le terrain. Le coach, Franck Vogel, s’est imposé comme une des valeurs sûres au sein de la ligue.

Les points faibles

Ils vont souffrir pour marquer des points. Un problème auquel ils avaient déjà été confrontés l’an dernier en playoffs. Sans leurs deux meilleurs joueurs – George et Stephenson qui sont aussi deux excellents défenseurs - pour distraire les défenses adverses, nul doute que le niveau de difficulté monte encore d’un cran. Et ça risque de ne pas être beau à voir.

Le facteur X

George Hill assure qu’il peut élever son niveau de jeu en attaque comme en défense pour aider à pallier l’absence de Paul George et Lance Stephenson. On attend de voir. Mais les fans ne devraient pas trop compter là-dessus.

Prévision

Au pire = Une saison catastrophique pousse les dirigeants à se lancer dans une phase de reconstruction qui risque de durer plusieurs années.

Au mieux = Ils survivent grâce à leur défense de fer, et arrachent une place en playoffs.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles