Kassovitz : "le ciné est intéressant à fabriquer"

Mathieu Kassovitz dans "Un illustre inconnu", le nouveau film de Matthieu Delaporte. Mathieu Kassovitz dans "Un illustre inconnu", le nouveau film de Matthieu Delaporte. [© Marcel Hartmann]

Toujours à l’affiche de "Vie sauvage" de Cédric Kahn, Mathieu Kassovitz porte "Un illustre inconnu", le nouveau film de Matthieu Delaporte et Alexandre de La Patellière (ce dernier, exclusivement au scénario cette fois-ci). L’acteur-réalisateur s’est intéressé à ce thriller – dans lequel il incarne un homme qui usurpe l’identité des gens – parce que ce nouveau projet était à mille lieues du précédent succès des deux auteurs, "Le Prénom".  

 

Le duo du "Prénom" s’est surtout illustré dans des comédies...

Ça m’a fait me poser des questions quand j’ai reçu le scénario. Mais après avoir lu dix pages, j’ai compris qu’ils faisaient autre chose. C’est pour ça que j’ai eu envie de participer parce qu’ils prenaient une autre direction. Ils avaient le courage de ne pas reproduire leur première recette qui avait marché.

 

Lisez-vous beaucoup de scénarios ?

Avec mes nombreuses déclarations sur le fait d’être acteur, il y a des gens qui ont envie de collaborer avec moi et d’autres qui n’ont pas envie. Au moins, ça fait la sélection.

 

Avez-vous des projets pour de prochaines réalisations ?

Si j’ai envie, si j’ai le bon film. J’ai plein d’idées mais plein de choses rentrent en ligne de compte.

 

En tant qu’acteur, vous reposez-vous beaucoup sur le réalisateur ?

Je fais ce qu’il me dit de faire. Je fais en tant que comédien ce que je voudrais que le comédien fasse avec moi quand je suis réalisateur. Je ne suis pas là pour défendre un personnage, je suis là pour défendre un film.

 

Il y a une dizaine d’années vous aviez dit que vous vouliez prendre vos distances avec le métier d’acteur, où en êtes-vous aujourd’hui ?

J’ai besoin de travailler, de participer à des films, de vivre, de rencontrer des gens. Donc si je tombe sur de bons scénarios… tout va bien.

 

Vous avez joué un prêtre dans "Amen", un marginal dans "Vie sauvage". Aujourd’hui un détraqué transformiste… Vous aimez le cinéma quand il vous dépayse ?

En tant qu’acteur, je m’en fous complètement. Je n’ai pas d’ego de comédien à vouloir défendre un rôle. Si je pense qu’il y a une expérience humaine à vivre sur le tournage, alors c’est bien. Je privilégie les bons films.

 

Que pensez-vous de l’industrie du cinéma aujourd’hui ?

Les films arrivent en salles avec tellement de buzz autour qu’on doit les aimer avant qu’ils ne sortent. Les gens devraient se faire leur propre avis. Qu’ils aillent voir les films par curiosité et pas par obligation de buzz. Le cinéma est devenu un produit de vente... On a perdu l’artisanat avec l’arrivée du numérique. Le numérique fait qu’on n’a plus de contraintes. C’est pourtant la contrainte qui rend les gens géniaux. Le cinéma est intéressant à montrer au spectateur mais c’est surtout intéressant à fabriquer.

 

Aspirez-vous vous-même à faire du cinéma comme cela ?

A Los Angeles, j’ai plein de projets que je refuse parce que je n’ai pas envie de ne filmer que 30% de mon film. Ca ne m’intéresse pas.

"Un illustre inconnu", de Matthieu Delaporte, avec Mathieu Kassovitz et Marie- Josée Croze. En salles.

 

La bande-annonce de « Un illustre inconnu » :

 

 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles