La Parisienne : trois bons conseils pour être fin prête

Image d'illustration.[CC / Flickr]

A deux jours de la course, l’heure est aux ultimes préparatifs pour les participantes à La Parisienne. Même si elles se sont bien entraînées cet été, en allant courir régulièrement, quelques conseils restent à suivre pour éviter la déroute le jour J. Dernier footing, repos, tenue, alimentation… Pour le corps, les heures qui précèdent la course ne sont pas à négliger.

 

1. Prendre du repos avant la course

Contrairement aux idées reçues, il est important de lever le pied quel­ques jours avant de revêtir son dossard. Dès aujourd’hui, les coureuses peuvent éviter d’aller courir et privilégier une ou deux journées de repos. Nul besoin de s’entraîner jusqu’à la dernière minute.

Toutefois, rien ne sert non plus de faire la sieste, si ce n’est pas dans ses habitudes. Des nuits de sommeil de huit à neuf bon­nes heures suffisent. Toute joggeuse qui participe pour la première fois à cette compétition doit également positiver. L’idée est de garder à l’esprit que le parcours de 6,7 km reste très abordable, même pour des novices.

 

2. Bien choisir ses vêtements

S’équiper correctement fait aussi partie de la course. L’une des erreurs les plus courantes est de prendre le départ avec des baskets neuves, qui provoquent leur lot d’ampoules au bout de quelques centaines de mètres.

L’idéal est de courir avec des chaussures rodées en cinq ou six footings et adaptées à son poids et à la forme de ses pieds. Un mauvais choix de vêtements peut également se montrer problématique pendant l’épreuve. Il faut privilégier les tissus synthétiques – si possible déjà portés plusieurs fois.

Le coton, lui, évacue moins bien la transpiration, ce qui peut provoquer des frottements et des irritations.

 

3. Manger et s’hydrater

Le mythe des féculents avant une course est fondé. Manger des pâtes ou du riz, des aliments riches en sucres lents, est même recommandé la veille de la course.

Le matin du jour J, en revanche, «du pain complet, du fromage blanc et un jus d’orange suffisent» au petit déjeuner, selon Romain Billard, coach La Parisienne. Il est cependant très important de respecter le temps de digestion, soit entre 2h30 et 3h entre le petit déjeuner et l’échauffement.

En ce qui concerne l’hydratation, il faut aussi boire beaucoup, environ 1,5 litre d’eau la veille de l’épreuve, puis par petites gorgées toutes les demi-heures le lendemain.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles