Une église du XIIe menace de s'effondrer du jour au lendemain

Délaissé depuis deux siècles, ce joyau architectural menace ruine.[CC / Prosopee]

L'église de Saint-Maclou de Bar-sur-Aube (Aube), un monument historique dont certains éléments remontent au XIIe siècle, menace de s'écrouler.  Fermé depuis 1954, l'avenir de l'édifice semble désespéré. A moins d'un miracle.

Comme quoi la protection d'un édifice en monument historique n'est pas forcément une assurance pour sa survie. L'église de Saint Maclou à Bar-sur-Aube, joyau architectural des XIIe, XIIIe et XIVe siècle, a beau être classée, l'édifice est en grand péril.

Pourtant, l'église a très vite été identifiée comme un témoin patrimonial de premier ordre. Elle figure dans "la liste de 1840", la liste des 937 premiers monuments historiques recensés en France, aux côtés des Arènes de Nîmes, du Capitole de Toulouse ou encore des châteaux de Chambord, de Nantes et de Blois.

 

Sans étais, l'église serait un tas de pierre

A cette époque, cette liste avait été dressée précisément pour sauver des monuments menacés. 173 ans plus tard, Saint-Maclou menace ruine. Aujourd'hui, sans les étais les échafaudages et autres expédients, au lieu de belles façades et de jolis clochers, il n'y aurait qu'un tas de pierre.

Aujourd'hui, la mairie dépense 30.000 euros par an pour parer au plus pressé. Car jamais depuis le XVIIIe siècle des travaux d'envergure n'ont été envisagé.

L'Eglise de Bar-sur-Aube menace de s'écrouler ! par canal32-wizdeo

Déjà en 1814, la municipalité se refusait à financer une restauration déjà urgente. Fermé en 1941 pour "cause de sécurité", puis définitivement interdite d'accès en 1954, le monument se meurt littéralement.

Le maire de la commune estime à 4 millions le montant des investissements nécessaires pour sauver l'église. Une somme astronomique pour une commune de 5.500 habitants dont le budget d'investissements se limite chaque année à 2,5 millions d'euros.

 

Une désacralisation évoquée

Du côté de l'évêché de Troyes, même si l'on regrette le sort de l'église, ancienne chapelle du château des comtes de Champagne, un porte-parole assume la nécessité de faire des "choix".  Pourtant en 2010, une possible désacralisation de l'édifice avait provoqué une certaine opposition.

Reste la possibilité pour la commune de vendre l'église à un investisseur providentiel.  Sur ce dossier les rumeurs de projets farfelus ne sont pas pour enchanter les habitants. Et qui voudra, ou pourra, investir de telles sommes ?

La population et les amoureux du patrimoine  tentent peu à peu de se mobiliser pour sauver cette église de grande valeur. Et qui sait peut-être, Saint-Maclou sur Aube connaitra le même sort que l'église d'Arc-sur-Tille (Côte d'Or). Condamnée à la destruction depuis des décennies, elle est en passe d'être sauvée.

 

Une église démontée pierre par pierre à Abbeville 

Un château rasé par erreur en Gironde 

Un monument historique détruit "par erreur" en plein Paris

 

Vous aimerez aussi

Un coutelier guilloche le ressort d'un couteau, le 18 mai 2005 dans la coutellerie Fontenille-Pataud de Thiers.  [Martin Bureau / AFP/Archives]
Industrie Le village de Laguiole en appelle au président Hollande
Des habitants fuient leur quartier ravagé par les flammes le 13 avril 2014 à Valparaiso [Martin Bernetti / AFP]
chili La lutte continue contre l'incendie de Valparaiso
Lobby de l'hôtel Lutetia à Paris le 10 avril 2014 [Franck Fife / AFP]
Tourisme Le Lutetia ferme pour rénovation

Ailleurs sur le web

Derniers articles