«Il fallait que je vous le dise», un roman graphique émouvant sur le droit à l'IVG

Aude Mermilliod livre un témoignage sensible sur l’avortement. Aude Mermilliod livre un témoignage sensible sur l’avortement.[© Aude Mermilliod / Casterman]

Alors que le droit à l'avortement est actuellement remis en cause à travers la planète, Aude Mermilliod publie une émouvante bande dessinée sur l’IVG. La jeune femme y raconte son expérience personnelle, qu’elle mêle avec sa rencontre avec le médecin et écrivain Martin Winckler.

Un récit intimiste

Si certains pensent que l'avortement est devenu un acte «anodin», il faut bien le constater : les témoignages sur l’avortement restent rares. Avec « Il fallait que je vous dise », la blogueuse Aude Mermilliod, plus habituée aux compte-rendus de voyage qu'aux sujets de société, livre le récit de son avortement survenu il y a quelques années.

A la première personne, sans détours, la jeune femme raconte simplement son histoire. Comment est-elle tombée enceinte ? Comment a-t-elle pris la décision d’avorter ? Elle raconte d’abord la faim, les nausées, la fatigue… Ces premiers signes de grossesse qu’elle ne peut se résoudre à voir, sa colère et sa détermination, ce moment presque fascinant que fut l’échographie, puis enfin l’avortement, ses complications, les paroles bienveillantes de ses proches, les gestes plus ou moins adroits des soignants, des ami(e)s, des garçons.

capture_decran_2019-06-03_a_16.59.46_5cf536676135f.pngcapture_decran_2019-06-03_a_16.59.59_5cf536853a84f.png

© Aude Mermilliod / Casterman

Tournée volontairement vers les sensations, « Il fallait que je vous dise » fait entrer de plain-pied le lecteur au cœur de l’avortement et de ce qu’il peut représenter. Les couleurs douces et claires des dessins de la jeune femme contrastent habilement avec la solitude de ce moment. Et pour que cette expérience ne reste pas « qu’un » vécu, Aude Mermilliod a eu la bonne idée de rencontrer le médecin et écrivain Martin Winckler («La maladie de Sachs») qui, à son tour, livre avec grande sincérité son expérience.

capture_decran_2019-06-03_a_17.00.31_5cf536bf002c5.png

© Aude Mermilliod / Casterman

Le point de vue d’un médecin engagé

Tout commence lorsque Aude Mermilliod reçoit de la part d’une amie « Le chœur des femmes » de Martin Winckler (Folio), un roman inspiré des débuts professionnels de l’auteur dans un service consacré à la médecine des femmes. Ce sera le point de départ de sa bande dessinée : elle contacte l’homme et le rencontre. Le médecin-écrivain lui raconte alors son parcours, son engagement pour le droit à l’avortement d’avant la loi Weil, puis quelques années plus tard la décision de le pratiquer.

Tout en douceur, ce dernier explique très techniquement comment il procède, mais aussi comment il a peu à peu évolué vers une médecine plus humaine, à l’écoute des patientes, et surtout comment les petits gestes font les grands ressentis. Au gré de sa pratique, il se rend compte qu'écouter les femmes lui a appris à devenir meilleur médecin. En parallèle à l’expérience de l’auteure, l’histoire de Martin Winckler et de ses patientes touche tout aussi profondément, bouscule les idées reçues et rend ainsi ce livre profondément universel.

capture_decran_2019-06-03_a_17.05.03_5cf5373cf1675.png

© Aude Mermilliod / Casterman

« Il fallait que je vous le dise », Aude Mermilliod, Casterman, 22€.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles