Stéphane Bern, sur scène à la rentrée, avec un spectacle historique et décalé

[Laurent Menec.]

Le spécialiste des têtes couronnées montera sur les planches du théâtre Montparnasse, en solo, à la rentrée. Dans «Vous n’aurez pas le dernier mot», il dévoile les dessous de l’histoire à travers les derniers mots de personnages illustres, de Marie-Antoinette à Kennedy.

Mais qu’ont-ils bien pu dire avant de pousser leur dernier souffle ? Si des grands hommes et femmes, on ne garde en mémoire que les faits d’arme, grands discours et autres répliques cultes, Stéphane Bern va plus loin. 

Des derniers mots souvent ridicules 

Dans ce seul en scène historique et décalé signé Diane Ducret (« La chair interdite », « L’homme idéale existe : il est québécois », « Les indésirables », « La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose »…), il prend le contre-pied. Plutôt que de narrer, comme il le fait depuis des décennies, l’ascension et les épisodes glorieux de ces rois, reines et personnages historiques qu’il affectionne, il met, cette fois, en lumière des pans méconnus de leur vie en révélant leurs dernières paroles, quand sonne l’heure de tirer sa révérence. L’occasion d’en apprendre un peu plus, avec humour et esprit, sur Marie-Antoinette, Mata Hari, Kennedy ou encore Flaubert au regard de ces répliques annoncées comme « grandioses parfois, ridicules souvent ». 

Dirigé par Jérémie Lippmann, qui en 2014 a notamment mis en scène Marie Gillain dans « La Vénus à la fourrure », Molière de la meilleure pièce privée et Molière de la meilleure comédienne, Stéphane Bern monte pour la seconde fois de sa carrière sur les planches. En 2006, il avait campé dans « Numéro complémentaire » son propre rôle. Celui d’un spécialiste des têtes couronnées, kidnappé par un couple franchouillard pour transformer leur fille en princesse.  

« Vous n’aurez pas le dernier mot », à partir du 14 octobre, Théâtre Montparnasse, Paris 14e.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles