The Handmaid's Tale saison 3 : l'heure de la révolte a sonné

June est plus déterminée que jamais.[2019 MGM Television Entertainment Inc. and Relentless Productions, LLC]

Béni soit le fruit, béni soit le combat… La saison 3 de l'effrayante dystopie The Handmaid's Tale débarque le 6 juin sur OCS, la rage au ventre.

La révolution est en marche dans la série qui imagine, dans un futur proche, une Amérique tombée sous le joug d’une secte qui impose un Etat policier et une société ultra-conservatrice fondée sur un système de castes où les femmes encore fécondes (alias les servantes écarlates que l'on reconnaît à leur tenue pourpre et leur coiffe blanche) sont devenues la propriété de couples de nantis dont elles doivent assurer la descendance (la pollution ayant rendu la plupart des femmes stériles). Une société totalitaire dominées par les hommes qui privent les femmes de tous leurs droits y compris celui de lire.

Cette fois la révolte se larve parmi les servantes écarlates

Attention spoilers. Les fans de la série ont assisté au choix cornélien de June alias Offred (Elisabeth Moss) en fin de saison 2 : s’enfuir avec son bébé vers le Canada ou bien rester à Gilead où sa fille aînée Hannah est devenue la propriété d’un couple… Au dernier moment June a confié sa benjamine à sa camarade d'infortune Emily (Alexis Bledel) en lui demandant de s’en occuper, et a rebroussé chemin pour, on le devine, tenter d’aller récupérer Hannah.

« S'il te plaît Dieu, surveille-la. Protège-la. Parce qu'ici, ce ne sont pas les eaux calmes et les verts pâturages si tu n'avais pas remarqué. C'est la vallée de la mort. Et il y a un sacré nombre de personnes dont il faut avoir peur (...). Je suis désolée mon bébé, Maman doit aller travailler »...

La saison 3 reprend l’action où la série l’avait laissée. Le premier épisode suit notamment Emily tentant de rejoindre la frontière canadienne avec la fille de June dans les bras. Il montre aussi June retournant chez ses « maîtres », les Waterford, où l’accueil réservé par le Commandant (Joseph Fiennes) on pouvait s’en douter n’est pas des plus chaleureux… Serena (Yvonne Strahovski) qui contre toute attente a fait preuve d’humanité en abandonnant le bébé à June, va-t-elle devenir une alliée ? Quelles sont les motivations du Docteur Lawrence, un des architectes du régime dictatorial de Gilead, qui a aidé Emily à s’enfuir ? Et la terrifiante Tante Lydia, a-t-elle survécu à l’attaque d’Emily ? L’amant de June (et géniteur de son bébé) (Max Minghella) pourra-t-il une nouvelle fois l’aider sans mettre sa propre vie en danger ?

« Hérésie. C'est pour cela que nous sommes punis. Pas pour faire partie de la résistance. Car officiellement, il n'y pas de résistance. Pas pour avoir aidé des gens à s'échapper. Car officiellement, il n'y a pas d'échappatoire. Si je veux changer les choses, il va me falloir des alliés. » déclare l’héroïne dans la bande-annonce. « Ils n'auraient jamais dû nous donner un uniforme s'ils ne voulaient pas que nous soyons une armée », assène-t-elle devant une gigantesque croix en feu.

Remontée comme jamais, June veut récupérer Hannah coûte que coûte, même si cela doit passer par une révolution. « C’est devenu la mission de June dans la saison 3. Pour lutter contre les personnes qu’elle doit combattre, elle doit leur ressembler davantage. Nous n'avons pas fait un montage de June qui sera soudain radicalisée expliqué le créateur Bruce Miller pour EW. Non, ce sera une évolution sur 13 épisodes. Voir quelqu'un passer par ce processus, devenir impitoyable, c'était un véritable défi à écrire. Nous ne voulions ni rendre cela trop sensationnel, ni rendre cela moralement trop facile non plus ».

Une série futuriste et féministe

Alors que, sous la pression toujours plus forte à travers le monde des mouvements et gouvernements ultraconservateurs, les droits sur l’IVG sont gravement en danger – en témoigne dernièrement l’Etat de l’Alabama qui vient carrément d’interdire l’avortement, et ce même si la grossesse en question est issue d’un viol - The Handmaid’s Tale est plus que jamais une oeuvre d’utilité publique.

Une mise en garde contre l’obscurantisme et toute loi privant les femmes du droit de disposer de leur corps. Une alerte sur la perte progressive des droits sexuels et reproductifs, mais aussi l’accès à l’éducation sexuelle et à la contraception. Plus généralement un cri d'alarme contre la régression des droits humains, qui s'installe sournoisement mais sûrement aux Etats-Unis comme ailleurs. 

Margaret Atwood a annoncé une suite

Le livre qui a inspiré la saison 1 de la série va avoir une suite comme l’a annoncé son auteur Margaret Atwood. Intitulée The Testaments, il sortira le 10 septembre prochain. L’action de cet ouvrage se déroulera 15 ans après les faits fictifs racontés dans le premier.

« Tout ce que vous m’avez demandé à propos de Gilead et de ses rouages a été l’inspiration pour [The Testaments]. Le reste de l’inspiration provient du monde dans lequel nous vivons », a déclaré Margaret Atwood lors de l’annonce de la sortie de sa nouvelle œuvre littéraire.

The Handmaid’s Tale, le 5 juin sur Hulu aux Etats-Unis et le 6 juin sur OCS en France.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles