Berlin serait très réservé sur la fusion EADS/BAE

Tom Enders Le PDG d'EADS, Tom Enders, a présenté jeudi comme une "opportunité unique" pour l'entreprise le projet de rapprochement avec BAE Systems[AFP]

Le gouvernement allemand a de fortes réserves au sujet de la fusion entre le groupe européen d'aéronautique et de défense EADS et son concurrent britannique BAE Systems, a affirmé jeudi l'agence de presse allemande DPA, citant des sources proches du gouvernement.

 

"Il est douteux que le projet puisse susciter un accord", a déclaré une de ces sources à DPA.Le gouvernement allemand va étudier l'opportunité d'un tel projet, sans préjugé sur les conclusions, a ajouté l'agence allemande. Toujours selon DPA, Berlin craint que son influence diminue considérablement au sein d'un tel ensemble.

"Le gouvernement allemand se trouve en discussions constructives avec l'entreprise --EADS--. Une coordination étroite avec le gouvernement français est prévue", avaient indiqué un peu plus tôt des sources proches du gouvernement.

 

Le gouvernement Français informé

Un porte-parole du ministère de l'Economie a déclaré que "le gouvernement (était) informé des négociations de fusion". "On nous a demandé notre soutien pour cette fusion. Le gouvernement allemand examine toutes les questions qui y ont trait", a-t-il dit. Après des fuites dans la presse, EADS et BAE Systems ont dévoilé mercredi être en discussions en vue d'une fusion qui créerait le numéro 1 mondial de l'aéronautique loin devant l'américain Boeing.

Selon les discussions en cours entre les deux groupes, le nouvel ensemble serait détenu à 60% par les actionnaires d'EADS et à 40% par ceux de BAE. EADS compte parmi ses actionnaires les Etats français, allemand et espagnol, et le gouvernement anglais dispose d'une action de préférence dans le capital de BAE.

Paris, lié à Berlin par un pacte d'actionnaires, a fait savoir que le gouvernement français ne voulait faire aucun commentaire sur le projet de fusion entre EADS et BAE Systems, pour préserver la "confidentialité" des négociations.

Le PDG d'EADS enthousiaste

Le PDG d'EADS, Tom Enders, a présenté jeudi comme une "opportunité unique" pour l'entreprise le projet de rapprochement avec BAE Systems, dans une lettre aux employés du groupe dont l'AFP a obtenu une copie.

Si le dirigeant se montre prudent en évoquant des "discussions non encore achevées", notant que "rien est encore certain", il explique: "ensemble, nous créerions un groupe d'envergure internationale dans l'aérospatiale, la défense, et la sécurité avec des centres de production et de technologie de premier plan, et un service d'excellence en France, en Allemagne, en Espagne, au Royaume-Uni, aux Etats-Unis et en Chine".

 

Le titre chute en bourse

Le titre du géant européen de l'aéronautique et de la défense EADS poursuivait sa dégringolade jeudi à la Bourse de Paris et lâchait plus de 10% peu avant la clôture, dans un marché qui se méfie du projet de fusion avec le britannique BAE Systems. Les marchés restent sceptiques sur un éventuel mariage EADS-BAE.

Vous aimerez aussi

La Première ministre britannique Theresa May (c) arrive au salon de Farnborough, dans le sud-ouest de Londres, accompagnée du patron d'Airbus Tom Enders (d), le 16 juillet 2018 [Ben STANSALL / AFP]
Royaume-Uni Début en fanfare du salon aéronautique de Farnborough, inquiet du Brexit
Conflit social L'intersyndicale d'Air France annonce de nouvelles grèves «début mai»
Le siège d'Airbus à Blagnac, dans la banlieue de Toulouse, le 6 mars 2018 [REMY GABALDA / AFP]
Aéronautique Airbus : baisse de cadences et conséquences sociales à prévoir

Ailleurs sur le web

Derniers articles