Fusion EADS/BAE : Lagardère veut d'abord examiner les conditions

Le groupe Lagardère a annoncé jeudi qu'il ne donnerait son accord au projet de fusion entre les deux plus grands groupes européens de l'aéronautique et de défense, EADS et BAE Systems, qu'après avoir examiné "toutes les conditions" d'un éventuel rapprochement. [AFP] Le groupe Lagardère a annoncé jeudi qu'il ne donnerait son accord au projet de fusion entre les deux plus grands groupes européens de l'aéronautique et de défense, EADS et BAE Systems, qu'après avoir examiné "toutes les conditions" d'un éventuel rapprochement. [AFP]

Le groupe Lagardère a annoncé jeudi qu'il ne donnerait son accord au projet de fusion entre les deux plus grands groupes européens de l'aéronautique et de défense, EADS et BAE Systems, qu'après avoir examiné "toutes les conditions" d'un éventuel rapprochement.

Lagardère, qui détient 7,5% du capital d'EADS, rappelle également dans un communiqué "que ce projet n'a pas encore été soumis à l'approbation" des conseils d'administration d'EADS et de Sogeade Gérance, la holding qui représente les intérêts de l'Etat français et de Lagardère dans le groupe EADS.

Vous aimerez aussi

La Première ministre britannique Theresa May (c) arrive au salon de Farnborough, dans le sud-ouest de Londres, accompagnée du patron d'Airbus Tom Enders (d), le 16 juillet 2018 [Ben STANSALL / AFP]
Royaume-Uni Début en fanfare du salon aéronautique de Farnborough, inquiet du Brexit
Conflit social L'intersyndicale d'Air France annonce de nouvelles grèves «début mai»
Le siège d'Airbus à Blagnac, dans la banlieue de Toulouse, le 6 mars 2018 [REMY GABALDA / AFP]
Aéronautique Airbus : baisse de cadences et conséquences sociales à prévoir

Ailleurs sur le web

Derniers articles