Fusion EADS/BAE : Lagardère veut d'abord examiner les conditions

Le groupe Lagardère a annoncé jeudi qu'il ne donnerait son accord au projet de fusion entre les deux plus grands groupes européens de l'aéronautique et de défense, EADS et BAE Systems, qu'après avoir examiné "toutes les conditions" d'un éventuel rapprochement. [AFP] Le groupe Lagardère a annoncé jeudi qu'il ne donnerait son accord au projet de fusion entre les deux plus grands groupes européens de l'aéronautique et de défense, EADS et BAE Systems, qu'après avoir examiné "toutes les conditions" d'un éventuel rapprochement. [AFP]

Le groupe Lagardère a annoncé jeudi qu'il ne donnerait son accord au projet de fusion entre les deux plus grands groupes européens de l'aéronautique et de défense, EADS et BAE Systems, qu'après avoir examiné "toutes les conditions" d'un éventuel rapprochement.

Lagardère, qui détient 7,5% du capital d'EADS, rappelle également dans un communiqué "que ce projet n'a pas encore été soumis à l'approbation" des conseils d'administration d'EADS et de Sogeade Gérance, la holding qui représente les intérêts de l'Etat français et de Lagardère dans le groupe EADS.

Vous aimerez aussi

Opération militaire La délicate récupération d'un avion furtif au large du Japon
Aéronautique Le plus grand avion du monde a fait son premier vol aux États-Unis
Logo du constructeur aéronautique européen Airbus le 7 mars 2018 à Blagnac, France [PASCAL PAVANI / AFP/Archives]
Aéronautique Aides à Airbus : Washington menace l'UE et Airbus de hausses de droits de douane

Ailleurs sur le web

Derniers articles