Le sacre du deux-roues

Peugeot, qui produit encore une partie de ses scooters en France voit ainsi ses commandes augmenter. [Peugeot]

Affecté par la crise, le marché français montre des signes de reprise grâce à des modèles toujours plus performants. Les constructeurs misent sur la stabilité et la sécurité. La liberté est à ce prix.

 

Les embouteillages auraient-ils du bon ? Les nouvelles restrictions, notamment liées à la pollution dans les grandes villes, auraient un impact sur le retour en grâce du deux-roues motorisé en France, qui se faufile partout et permet encore d’arriver à l’heure. Depuis une belle envolée en 2006, le marché s’était brutalement ­effondré, la crise et la mauvaise météo n’aidant pas. L’Italie, où le deux-roues est une vraie tradition depuis longtemps, a plongé sous le niveau français pendant la même période.

Aujourd’hui, la France est parvenue à rétablir un petit équilibre et se place depuis cinq ans en leader européen en nombre de ventes de motos et scooters chaque année. Première embellie depuis longtemps en 2014, le nombre de nouvelles immatriculations est légèrement remonté, selon les derniers chiffres du marché.

La grosse cylindrée (125 cm3 et plus) n’a jamais cessé de plaire aux acheteurs, et se maintient sur sa lignée. Le scooter, en revanche, qui ne cessait de chuter, commence tout doucement à redresser le guidon.

 

Le retour du scooter

Moins cher qu’une voiture, et ne ­nécessitant pas de permis de conduire pour les modèles 50 cm3, le scooter est pratique pour éviter les interminables bouchons qui ne devraient pas cesser d’augmenter d’ici à 2030.

Il a, a priori, tout pour plaire, notamment aux ­cadres qui abandonnent peu à peu l’automobile pour la version deux-roues. Voire trois-roues, la nouvelle tendance lancée par Piaggio en 2006, le constructeur italien, dont le célèbre Vespa ne se vendait plus en Italie.Aujourd’hui, ce nouveau bolide fait ­fureur et relance la production chez certains constructeurs. Peugeot, qui produit encore une partie de ses scooters en France, ­notamment celle de son trois-roues Métropolis, voit ainsi ses commandes augmenter.

Les deux petits modèles légers de la marque au Lion, le CityStar et le ­Kisbee, se maintiennent également hors de l’eau, ce dernier étant toujours le troisième deux-roues motorisé le plus vendu en Europe. Qu’il soit ­estampillé Yahama, Peugeot, Piaggio ou Quadro (principaux constructeurs pour ces modèles), le trois-roues sauve cette année le marché du scooter. Rassurant pour les novices, il allie stabilité, confort et facilité de freinage, et reste étonnamment maniable, compte tenu de sa particularité. 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles