Grèce : Tsipras maintient le référendum

Un vote "non" sera "un pas déterminant pour un accord meilleur" par rapport aux dernières propositions des créanciers, UE et FMI, a-t-il expliqué.[ANDREA BONETTI / GREEK PRIME MINISTER'S OFFICE / AFP]

Alexis Tsipras a maintenu mercredi son appel à voter non lors du référendum de dimanche sur les demandes des créanciers de la Grèce, tout en assurant vouloir négocier avec eux un troisième plan d'aide. Un vote "non" sera "un pas déterminant pour un accord meilleur" par rapport aux dernières propositions des créanciers, UE et FMI, a-t-il expliqué.

 

Il reste inflexible, malgré les pressions des créanciers de son pays. Alexis Tsipras s’est adressé mercredi à son peuple lors d’une brève allocution télévisée depuis son bureau. Entouré des drapeaux grec et européen, il a réaffirmé sa volonté d’organiser dimanche un référendum sur l’accord proposé par les créanciers de la Grèce. Ce, alors que son gouvernement avait évoqué la veille une suspension du scrutin.

Le Premier ministre grec a ensuite appelé son peuple à voter «non». «Les sirènes de la catastrophe vous exhortent à voter ‘oui’», a-t-il déclaré, estimant que le «non» permettrait de mettre la pression afin d’obtenir un meilleur accord. 

Il a également insisté sur le fait que cela ne signifierait pas «une rupture avec l’Europe» et qu’il souhaitait se remettre à la table des négociations dès lundi. Dans la foulée, les ministres des Finances de la Zone Euro ont annoncé qu’ils attendraient le résultat du vote avant d’entamer de nouvelles discussions. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles