Nikola Karabatic : «Rester la meilleure équipe du monde»

Nikola Karabatic sera l'une des pièces maîtresses pour permettre aux Experts de conserver leur titre de champion d'Europe. Nikola Karabatic sera l'une des pièces maîtresses pour permettre aux Experts de conserver leur titre de champion d'Europe.[Dave Winter / Icon Sport]

C’est une année chargée qui attend l’équipe de France de handball avec l’Euro puis les JO de Rio en août prochain avec un même objectif : défendre ses deux titres. Et c’est avec cette ambition que Nikola Karabatic et les Bleus se sont envolés, ce mercredi, vers la Pologne. Première rencontre dans la compétition, vendredi, face à la Macédoine.

Comment jugez-vous le niveau de cette équipe de France confrontée à plusieurs forfaits de joueurs majeurs ?

Il y a beaucoup de potentiel dans cette équipe. Les nouveaux se sont très vite intégrés. Lors des matchs de préparation, ils ont beaucoup osé et ils n’ont pas eu peur de prendre leurs responsabilités. Notre dernière victoire contre le Danemark va également nous permettre d’aborder cet Euro avec confiance. J’ai moi-même confiance.

Le fait d’être déjà assuré d’aller aux JO vous enlève-t-il un poids ?

C’est vrai que la pression est plus sur les autres équipes, car nous sommes déjà qualifiés pour les Jeux Olympiques. Mais en Pologne, on va tout de même défendre notre titre de champion d’Europe. Donc on ne va pas aborder cet Euro avec moins d’envie. Il reste un objectif majeur même si, cette année, l’objectif principal est les JO.

Justement, cet Euro peut-il servir de rampe de lancement pour les JO ?

Je ne pense pas. En 2012, par exemple, on n’a pas été bons du tout à l’Euro, mais ça ne nous a pas empêché d’être champions olympiques à Londres. Il y a six mois d’intervalle entre l’Euro et les JO. Et dans le sport de haut niveau, c’est très long. Beaucoup de choses peuvent se passer. Peu importe notre parcours à l’Euro, ça ne déterminera pas notre résultat aux JO. Surtout qu’on aura beaucoup de joueurs qui devraient revenir de blessures.

Quelle est l’importance du premier match contre la Macédoine ?

A l’Euro, du premier au dernier, tous les matchs sont difficiles. Il n’y a pas de petits adversaires. La première rencontre face à la Macédoine sera un gros test. Quand on a été joué en qualifications là-bas, la partie a été très serrée. Mais si on veut aller loin dans cet Euro, on va devoir remporter ce match à tout prix.

Quels seront les principaux adversaires à la France dans cet Euro ?

Nous-mêmes. Si on évolue à notre niveau, on peut espérer de grandes choses.

L’équipe de France est-elle à l’abri d’une défaillance ?

Personne n’est à l’abri d’une défaillance dans le sport de haut-niveau. Nous les premiers. Il y a beaucoup d’attente autour de nous. Tous nos adversaires sont gonflés à bloc car ils affrontent les champions du monde, les champions olympique et les champions d’Europe en titre. Et ils n’ont rien à perdre face à nous. Donc ils exploitent la moindre faille. Ça rend les matchs encore plus difficile.

Et vous, où allez-vous chercher la motivation ?

On a envie de rester la meilleure équipe du monde. On n’a pas envie de laisser notre place aux autres. On veut asseoir notre statut à chaque match et à chaque compétition.

Ressentez-vous une pression encore plus grande autour de l’équipe de France ?

On sait que nous sommes très attendus. Mais on est habitué, ça fait plus de dix ans que ça dure. On a rendu l’exploit banal en revenant très souvent avec la médaille d’or. Mais ça peut aussi avoir son côté négatif car tout le monde pense que c’est facile d’y arriver. Mais ce n’est pas du tout le cas. On vit avec cette pression, on doit assurer notre statut, ramener des titres pour la France. Un jour, il y aura bien des compétitions qui vont nous échapper, mais on ne baissera jamais les bras, comme on a déjà pu le prouver par le passé. On a toujours su rebondir derrière une compétition manquée.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles