Coupe de la Ligue : la qualification ou la crise pour le PSG ?

David Luiz et le PSG sont sous pression avant leur déplacement à Saint-Etienne en quarts de finale de la Coupe de la Ligue. David Luiz et le PSG sont sous pression avant leur déplacement à Saint-Etienne en quarts de finale de la Coupe de la Ligue.[KENZO TRIBOUILLARD / AFP]

Plongé dans la tourmente depuis son cinglant revers à Bastia (4-2), le PSG est dans l’obligation de se qualifier, ce mardi à Saint-Etienne, en quarts de finale de la Coupe de la Ligue, dont le club de la capitale est tenant du titre. Sinon l’avenir de Laurent Blanc sur le banc parisien pourrait s’assombrir encore un peu plus.

 

C’est dans la difficulté qu’on reconnait les grandes équipes. Sévèrement battu, samedi en championnat, à Bastia (4-2) et éjecté du podium de Ligue 1, le PSG, qui prétend en devenir une, vit des heures agitées.

Dans cette situation inédite depuis l’arrivée des Qataris, le club de la capitale se doit de réagir, ce soir à Saint-Etienne, en quarts de finale de la Coupe de la Ligue, au risque de plonger définitivement dans la crise.

Avant de quitter la Corse, Zlatan Ibrahimovic a d’ailleurs exhorté ses coéquipiers à "se réveiller", eux qui n’ont décroché que deux victoires lors de leurs six dernières rencontres.

Un tableau de marche loin de coller avec les ambitions affichées par la formation parisienne, même si elle est encore engagée dans quatre compétitions.

Pour se sortir de cette spirale négative et se remettre dans le droit chemin, Laurent Blanc attend "une prise de conscience collective", mais aussi "une remise en question" de ses joueurs. Et notamment de ses cadres, défaillants ces dernières semaines à l’image de son capitaine Thiago Silva.

Mais le mal parait profond pour le tenant du titre. L’entraîneur parisien, qui a décidé de ne pas retenir Edinson Cavani et Ezequiel Lavezzi pour ce rendez-vous capital, a évoqué "un problème mental" affectant actuellement son groupe.

"Quand ça touche à la tête, c’est plus compliqué à résoudre, même avec des joueurs expérimentés, a expliqué Blanc. Ça se règle collectivement, mais ça peut prendre un peu de temps". Pas trop quand même, car sinon le sien pourrait vite être compté.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles