Les Bleues jouent leur avenir

Les Bleues doivent battre le Mexique si elles veulent se qualifier pour les 8es de finale de la Coupe du monde au Canada[FRANCK FIFE / AFP]

Battues à la surprise générale samedi dernier par la Colombie (2-0), les Bleues sont dans l’obligation de réagir et de l’emporter, ce mercredi, face au Mexique pour ne pas faire une croix sur leurs ambitions dans ce Mondial féminin au Canada. Et pour y parvenir, elles devront se montrer réalistes devant le but.

 

«Libérer votre potentiel». Ce message publicitaire trônait à l’aéroport de Moncton, avant l’embarquement des Bleues pour Ottawa, comme une missive directement adressée aux filles de Philippe Bergeroo. Car les Françaises n’ont pas encore fait honneur à leur statut de favorites de ce Mondial au Canada et sont même au pied du mur au moment d’en découdre, mercredi soir, avec le Mexique. Une nouvelle contre-performance compromettrait sérieusement leur avenir dans la compétition et pourrait les renvoyer prématurément à la maison.

Reste à savoir si la claque reçue, samedi dernier, par la Colombie (2-0) aura réveillé Wendie Renard et ses coéquipières. «On est vexées, franchement», a assuré Laure Boulleau. Tout comme la latérale gauche parisienne, Amandine Henry est également apparue particulièrement remontée. «On doit montrer face aux Mexicaines qui est l’équipe de France», a-t-elle exhorté.

 

Faire preuve de réalisme

Et pour se hisser en 8es de finale et s’éviter une énorme désillusion, elles devront enfin faire preuve de réalisme dans le dernier geste. Un mal récurrent depuis de longs mois qui a accompagné les Bleues jusque de l’autre côté de l’Atlantique. En deux rencontres, elles ont effectué près d’une quarantaine de tirs pour seulement dix cadrés et un seul but inscrit contre l’Angleterre (1-0).

«L’efficacité offensive, on sait que c’est notre petit péché», a reconnu Camille Abily, qui n’a pour autant rien perdu de ses ambitions dans la compétition. «En 2011, le Japon a été champion du monde en perdant un match de poule», a-t-elle rappelé. Pour connaître la même destinée, les Bleues n’ont désormais plus le droit à l’erreur.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles