Javier Pastore a pris de l’épaisseur

Javier Pastore (à droite) a changé de dimension aussi bien avec l'Argentine qu'avec le PSG.[JUAN MABROMATA / AFP]

Javier Pastore a été encore une fois étincelant, mardi soir, avec l’Argentine en demi-finale de la Copa America contre le Paraguay (6-1). Une performance dans la lignée de sa fin de saison avec le PSG qui confirme la nouvelle envergure prise par El Flaco ces derniers mois.

 

Il n’en est pas encore à faire de l’ombre à Lionel Messi. Mais Javier Pastore a changé de statut en Argentine, où les commentaires dithyrambiques à son égard ne cessent de s’accumuler à la fin de chacune de ses prestations comme, mardi soir, au terme de la demi-finale de la Copa América.

A l’instar de Messi, impliqué sur cinq buts, l’Argentin du PSG a pris une part prépondérante à la gifle infligée au Paraguay (6-1) avec une réalisation et une passe décisive lumineuse à destination d’Angel Di Maria.

Cette nouvelle performance de haute-volée est venue confirmer la nouvelle dimension prise par «El Flaco» (le maigre, ndlr) ces derniers mois. En témoigne sa fin de saison en boulet de canon réalisée avec le club de la capitale, considérée comme la plus aboutie depuis son arrivée à l’été 2011 pour 42 millions d’euros.

 

«Cette année 2015 est merveilleuse pour moi»

Une somme qui a longtemps semblé être trop lourde à porter sur ses épaules. Mais à 26 ans, il donne l’impression d’être arrivé enfin à maturité pour tirer la quintessence de son talent. A sa plus grande joie. «Cette année 2015 est merveilleuse pour moi», s’est félicité Javier Pastore, à qui tout sourit avec la naissance, fin mai, de sa fille Martina, les titres conquis avec Paris, ses galons de titulaire gagnés au sein de l’Albiceleste et la finale de Copa América à disputer.

Et ce n’est peut-être qu’un début. Si tel est le cas, ce n’est pas le PSG, qui a eu la bonne idée au début du mois de prolonger son contrat jusqu’en 2019, qui s’en plaindra.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles