Euro 2016 : la quête du Graal pour le Portugal

Le Portugal compte sur un Cristiano Ronaldo en forme pour remporter son premier titre européen. [Icon Sport]

En se hissant en finale de l’Euro 2016 après avoir éliminé, mercredi soir, le pays de Galles (2-0), le Portugal s’est offert une nouvelle chance de décrocher un premier titre international.

Tout un peuple n’attend que ça. Douze ans après l’incroyable tremblement de terre qui avait secoué le Stade de la Luz de Lisbonne, lorsque la Grèce s’était imposée en finale (1-0) contre la bande à Luis Figo, Deco et du jeune Cristiano Ronaldo, alors âgé de 19 ans, la Selecçao est à une marche du sacre. Et peu l’avaient vue venir.

A lire aussi : Euro 2016 : le Portugal envers et contre tous

Raillés par la presse pour leurs prestations très poussives depuis le début de la compétition (trois matchs nuls en poules, une seule victoire au terme du temps réglementaire), les hommes de Fernando Santos y ont toujours cru et seront bien présents pour le grand rendez-vous final, dimanche au Stade de France. Leur secret ? Une solidarité exemplaire incarnée par Ronaldo lui-même, pourtant souvent considéré comme un joueur qui ne joue que pour lui-même. «Nous sommes une vraie équipe, nous sommes unis et solidaires», a d’ailleurs confié la star du Real Madrid.

Et qu’importe la manière, la sélection portugaise est à quatre-vingt-dix minutes – ou plus – d’une ivresse qu’elle attend depuis des années. «On n’a peut-être pas bien commencé, mais l’Euro est un marathon, s’est défendu Ronaldo. Maintenant, on est à une marche du rêve.» Et le pays compte sur lui.

CR7 mieux qu’Eusebio et Figo ?

Depuis les larmes de 2004, CR7 a en effet bien grandi et changé de dimension. Triple Ballon d’or et triple vainqueur de la Ligue des champions, celui qui enchaîne les records espère désormais emmener sa sélection vers son premier grand titre. Ce que n’avaient pas réussi à réaliser les deux anciennes légendes du pays : Eusebio et Luis Figo. Et pour décrocher ce Graal face à l’une de ses bêtes noires – aucune victoire contre l’équipe de France depuis 1975 ! –, la Selecçao aura plus que jamais besoin de son capitaine, qui compte bien entrer définitivement dans l’Histoire.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles