Tyrannisé par son colocataire, il le tue

Durant les débats, l'accusé, Franck Reydel, a décrit les menaces et les violences que lui faisait subir Karim Guendouz.[ARCHIVES AFP]

La cour d'assises du Loiret a condamné jeudi à 13 années de réclusion criminelle un homme de 40 ans qui avait tué son colocataire, qui le tyrannisait, selon l'accusé et plusieurs témoins.

 

Les deux hommes, tous deux déjà condamnés auparavant pour plusieurs délits, partageaient un appartement à Villemandeur (Loiret). Durant les débats, l'accusé, Franck Reydel, a décrit les menaces et les violences que lui faisait subir Karim Guendouz, 30 ans. Selon lui, son colocataire le contraignait même à commettre des délits pour s'assurer un train de vie confortable.

"J'ai déjà vu Franck avec des marques sur le visage et sur les bras, comme quelqu'un qui a pris des coups", a indiqué à la barre un ancien collègue de travail de l'accusé. "Quand vous aviez Karim en face de vous, il faisait deux mètres de haut et un mètre de large, vous voyiez bien qu'il ne rigolait pas !", a-t-il expliqué.

Le 23 juillet 2010, Franck Reydel annonce à son colocataire qu'il n'a pas contracté un prêt de 25.000 euros, comme il le lui avait ordonné. "Il était énervé, en furie. J'ai eu peur comme jamais je n'avais eu peur de lui", a expliqué l'accusé en affirmant que Karim Guendouz l'a menacé avec un fusil à pompe avant de se préparer à le frapper.

Il aurait alors ramassé l'arme et l'aurait retournée contre son colocataire, tirant en plein visage, avant de faire feu une seconde fois. Vingt-quatre heures plus tard, il se rendait à la police.

"On essaie de vous faire penser que la victime n'est pas une victime. Il n'y a qu'un seul procès, celui de Franck Reydel !", s'est indignée l'avocate de la famille de Karim Guendouz, Me Laurence Mariani. L'avocate générale Maud Gauthierne a fait valoir "la personnalité inquiétante" de l'accusé et s'est dite persuadée que l'arme avait été achetée par lui, avant de requérir une peine de quinze ans de réclusion criminelle.

Comme le lui avait demandé, au terme de trois jours de procès, l'avocate de l'accusé, Me Sabine Petit, le jury a tenu compte "du contexte du dossier" en condamnant Franck Reyel à 13 années de réclusion criminelle.

 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles