Le "RER surfing" : la nouvelle pratique qui fait peur

Un RER en Ile-de-France. Photo d'illustration. [JACQUES DEMARTHON / AFP]

Mercredi, un jeune homme a été interpellé à Neuilly-Plaisance, en Seine-Saint-Denis. Placé en garde à vue pour "mise en danger de la vie d’autrui", le jeune homme s’était filmé en faisant du "RER surfing", une nouvelle pratique qui consiste à s’accrocher à l’extérieur d’un train de banlieue alors qu’il circule.

 

Le "RER surfing", tel est le nom donné à une vidéo publiée début novembre sur Facebook et sur un autre site de partage de vidéos en ligne. Vue plus de 500.000 fois, cette pratique riche en adrénaline a suscité la curiosité de nombreux internautes.

 

 

La RATP a jugé le comportement des deux protagonistes de la vidéo – où l’on voit deux jeunes à visage découvert attendre que les portes du RER A se referment en gare de Neuilly-Plaisance puis s'accrocher à l'extérieur pour aller jusqu'à la station suivante Val-de-Fontenay tout en filmant leur trajet avec un smartphone – "dangereux, irresponsable et répréhensible".

La RATP a condamné ces actes "avec force", immédiatement saisi la justice et transmis tous les éléments en leur possesssion à la police. Elements grâce auxquels les forces de l’ordre ont pu hier interpeller et placer en garde à vue le protagoniste de la vidéo. Son complice, lui, n’a toujours pas été retrouvé.

L’auteur des faits aurait confié à BFM TV que "c’était juste pour l’adrénaline". "Je me suis fait taper beaucoup sur les doigts pour avoir fait ça, j'ai eu conscience que ce n'était pas bien, mais j'ai eu conscience un peu tard en fait" a-t-il déclaré à la chaine qui avait dévoilé l’information. Ce phénomène, en provenance de Russie, avait déjà fait un mort – un jeune homme de 20 ans – à Moscou. 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles