Les rythmes scolaires au cœur du débat des maires de France

La réforme des rythmes scolaires au centre des débats du 97e Congrès des maires de France (illustration)[AFP]

A l'occasion du 97e Congrès des maires de France, les élus reviennent sur la réforme des rythmes scolaires, en présence de la ministre Najat Vallaud-Belkacem.

 

Ils ont un rôle de premier plan dans la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires. Les maires de France, réunis à Paris pour leur 97e congrès, évoquent le sujet mercredi 26 novembre avec la ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, qui vient à leur rencontre. Au coeur des débats, les nouvelles activités périscolaires (NAP) mises en place pendant les heures libérées. 

Pour la majorité des 4 000 communes qui ont adopté la réforme dès la rentrée 2013, passant de quatre à cinq matinées travaillées par semaine, les NAP ont globalement été un succès, avec 70 % d’élèves inscrits dans plus de 7 communes sur 10. Mais cette proportion varie considérablement en fonction de la gratuité ou non des NAP : alors que 80 % des élèves se sont inscrits dans les communes qui ne demandaient pas de participation financière, ils n’étaient que 35 % dans les villes où les activités étaient payantes.

 

Facture salée pour les communes

Ce bilan relativement positif pour les écoles ne saurait toutefois dissimuler les difficultés d’organisation auxquelles la majorité des mairies déclarent avoir été confrontées. Outre les questions d’organisation, les élus soulignent également le poids financier de la réforme. La mise en place des NAP coûte 207 euros par an et par enfant. Or, l’Etat ne contribue qu’à hauteur de 50 euros (40 euros supplémentaires sont accordés aux communes en difficulté). Reste donc à connaître le bilan à long terme de cette réforme dans les 19 000 communes qui l’ont adoptée au cours de la dernière rentrée.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles