Une nouvelle affaire de crèche à Melun

Une crèche de Noël[CC/Presepe]

A l'approche de Noël, la mise en place de crèches dans des bâtiments publics se multiplie. Et les recours de ceux qui les considèrent comme des symboles religieux aussi. Dernier exemple en date à Melun, en Seine-et-Marne.

 

Une crèche est-elle un symbole religieux ou bien l'expression d'une tradition ? La question se pose une nouvelle fois à Melun, en Seine-et-Marne, quelques jours après les polémiques nées au conseil général de Vendée et à la mairie de Béziers (Hérault) notamment.

Le tribunal administratif de Melun a examiné ce vendredi matin la requête d'une association, la fédération des Libres penseurs de Seine-et-Marne, qui demande au maire de Melun, l'UMP Gérard Millet, de retirer la crèche qu'il a fait installer, comme chaque année, dans l'enceinte de l'hôtel de Ville. 

 

Un excès de pouvoir ?

Fin 2012, cette association avait déposé un recours "pour excès de pouvoir". "Depuis 2005, on lui [au maire, NDLR] dit chaque année qu'il y a un petit Jésus dans cette crèche et qu'il n'y a pas que des chrétiens à Melun", a fait valoir à l'issue de l'audience Gérard Docquin, un membre des Libres penseurs.

Pour la mairie, cette crèche de Noël installée depuis le XVIIIe siècle à l'hôtel de Ville "n'est pas un emblème religieux mais la manifestation d'un fait religieux. C'est une tradition, un fait populaire" a plaidé l'avocat de la mairie.

 

Symbole religieux - Symbole traditionnel : 2 - 1

Le rapporteur public a estimé lui que cette crèche représentait "un épisode de la Nativité" et donc à son sens "un emblème religieux, où la symbolique est affirmée, de plus, par le bâton porté par l'un des rois mages en forme de crosse, attribut des évêques dans la religion catholique". Il a recommandé au tribunal d'ordonner la désinstallation de la crèche. La décision devrait être rendue lundi.

A deux reprises déjà, les tribunaux administratifs ont ordonné par le passé, à une mairie dans l’Oise et au conseil général de Vendée, le retrait d’une crèche présente dans leurs locaux, estimant qu'il s'agissait d'un symbole religieux. En revanche, le tribunal administratif de Montpellier a autorisé ce vendredi la mairie de Béziers a laissé la sienne en place.

 

Les Français favorables aux crèches

Plus des deux-tiers des Français (71%) sont favorables à l’installation de crèches dans les lieux publics, qui constituent selon eux "plus un élément de tradition culturelle qu'un symbole chrétien", révèlait un sondage Ifop publié par Ouest France le 14 décembre dernier.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles