Grève chez EasyJet : une quarantaine de vols annulés

Un vol sur cinq sont prévus par EasyJet en France ce 26 décembre. [Jacques Demarthon / AFP/Archives]

La grève des hôtesses et stewards de la compagnie EasyJet en France va entraîner l'annulation d'une quarantaine de vols vendredi, soit environ un vol sur cinq prévus dans l'Hexagone, a annoncé mercredi la direction.

 

Les syndicats de navigants SNPNC-FO (majoritaire) et Unac avaient annoncé une grève pour les 25 et 26 décembre, mais aucun vol n'était prévu le jour de Noël. Pour vendredi en revanche, EasyJet indique dans un communiqué que 1.200 vols sont programmés au total et que la grève "affectera essentiellement les vols domestiques français".

Selon la compagnie, 185 vols étaient initialement prévus en France vendredi, avec des équipages français. Elle recense 38 vols annulés et assure qu'elle "fera tout son possible pour minimiser l'impact de la grève pour ses passagers".

Dans le transport aérien, les salariés doivent annoncer leur intention de faire grève 48h avant d'arrêter le travail, conformément à la "loi Diard".

 

Une meilleure gestion des plannings

Les syndicats de la compagnie réclament une meilleure gestion des plannings, une plus grande participation aux bénéfices et la mise en place d'un contrat de prévoyance. Ils dénoncent des plannings qui "peuvent subir jusqu'à quasiment une vingtaine de changements" au cours du mois, "ce qui rend la vie de famille complètement impossible", avait expliqué la semaine dernière à l'AFP Laurent Nicolas du SNPNC-FO.

Le directeur général d'EasyJet pour la France François Bacchetta avait dit comprendre la "frustration" du personnel sur le sujet et indiqué que la compagnie travaillait sur ce "chantier très compliqué".

Il s'était étonné en revanche des revendications salariales exprimées par les syndicats, arguant que les négociations annuelles obligatoires (NAO) venaient de commencer. Le SNPNC-FO (majoritaire) et l'Unac se sont indignés de la baisse de 25% de l'actionnariat d'entreprise (distribution d'actions pour les salariés), décidée par EasyJet malgré un bénéfice opérationnel en hausse de près de 22%. Ils réclament par ailleurs "la création d'une prime d'intéressement aux bénéfices digne des énormes bénéfices réalisés par easyjet".

EasyJet emploie quelque 600 stewards et hôtesses sur le millier de salariés qu'elle compte en France.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles