L'otage de Dammartin-en-Goële est indemne

Peu avant 17h des détonations et des explosions ont été entendues et de la fumée a commencé à monter depuis le site.[Joel Saget/AFP]

Les frères Kouachi, auteurs présumés de l'attentat sanglant contre Charlie, ont été tués vendredi. Peu avant 17h, les forces spéciales du GIGN ont donné l'assaut à Dammartin-en-Goële, en Seine-et-Marne, à l'entrepôt dans lequel ils étaient retranchés. 

 

Actualiser le direct

19h30 : Dans un appel à BFMTV, Chérif Kouachi a affirmé avant sa mort avoir été envoyé en France et financé par Al Qaïda au Yémen

18h30 :  àprès plusieurs heures de confrontation, les forces spéciales ont donné l'assaut à Dammartin-en-Goële, en Seine-et-Marne, où Saïd et Chérif Kouachi étaient retranchés depuis le matin. Les frères Kouachi ont été tués en tentant de sortir en tirant pendant l'assaut, lancé à 16h57. L'otage a été libéré indemne et un membre du GIGN blessé.

17h17 : L'otage libéré et indemne. "L'otage, un homme de 26 ans, qui s'était cloîtré depuis le début dans une des pièces de l'entreprise, est indemne" selon une source proche du dossier.  

17h15 : Les deux suspects de Charlie Hebdo tués dans l'assaut à Dammartin

17h00 : De nouveaux coups de feux retentissent.

16h55 : L'assaut a été lancé par le GIGN sur l'entrepôt.

 

15h50 : A titre préventif, la police a demandé la fermeture immédiate de tous les commerces, rue des Rosiers a indiqué la mairie du IVe arrondissement de Paris sur Twitter, ce vendredi.

15h45 : La réunion de crise à l'Elysée est en cours.

 

 

15h08 : Une nouvelle réunion de crise à l'Elysée est prévue à 15h15.

15h04 : Une source proche du dossier a confirmé à l'AFP que Saïd Kouachi avait vraisemblablement effectué un voyage au Yémen en 2011.

14h58 : Amedy Coulibaly, suspect de Montrouge, et Chérif Kouachi se connaissent d'après une source proche du dossier.

14h41 : La France fait actuellement face à deux prises d'otages simultanées.

14h21 : Selon une source proche du dossier, au moins deux personnes auraient été tuées lors de la fusillade et la prise d'otages de la porte de Vincennes.

13h58 : Au moins 5 personnes seraient prises en otages porte de Vincennes.

13h54 :

 

13h43 :  Une nouvelle fusillade a éclaté à 13 heures porte de Vincennes à Paris, suivie d'une prise d'otages dans une épicerie casher. Le tireur de Montrouge est suspecté d'être l'auteur des faits.

13h06 : Des négociateurs ont "tenté d'établir un contact" avec les preneurs d'otages a-t-on appris auprès du ministère de l'Intérieur.

13h05 : Plusieurs établissement scolaires de Dammartin-en-Goële ont été évacués d'après une source émanant de la mairie de la ville.

12h49 : BFM TV aurait réussi à joindre l'un des frères Kouachi. "BFMTV a appelé l'entreprise et l'un des deux preneurs d'otage a répondu", a expliqué une source proche du dossier à l'AFP. BFM TV n'a pas confirmé l'information.

12h27 : Les habitants de Dammartin-en-Goële sont calfeutrés chez eux et les enfants sont confinés dans les écoles.

12h17 : La police confirme une "connexion" entre les frères Kouachi et le tireur de Montrouge.

12h03 : Plusieurs médias français dont Le Point, avancent que le tireur de Montrouge et les frères Kouachi ont récemment été en contact.

 

11h58 :

 

11h28 : Le secteur de Dammartin-en-Goële est entièrement quadrillé par policiers et gendarmes. Les négociations se poursuivent entre Saïd et Chérif Kouachi et les forces de sécurité.

11h15 : François Hollande s'est rendu au ministère de l'Intérieur. Le président de la République appelle à "refuser les surenchères et les stigmatisations" et a renouvelé vendredi son appel à "l'unité nationale", soulignant que "tous les citoyens peuvent venir aux manifestations" prévues dimanche pour saluer la mémoire des victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo.

11h10 : Les quatre blessés graves de l'attaque de Charlie Hebdo ne sont plus en "situation d'urgence" selon Bernard Cazeneuve. Leurs vies ne sont plus en danger.

11h05 : Un contact téléphonique entre les preneurs d'otage et les forces de l'ordre aurait été établi. Au cours de cet échange, les frères Kouachi auraient affirmé leur volonté de "mourir en martyrs", selon le député UMP de la 7e circonscription de Seine-et-Marne Yves Albarello.

10h47 : Trois hélicoptères survolent toujours la zone de la prise d'otage. Par ailleurs, deux des quatre pistes de l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle ont été fermées par mesure de sécurité.

10h40 : Une seule personne est retenue en otage dans l'entreprise où sont retranchés les frères Kouachi.

 

10h34 :

 

10h28 : Les frères Kouachi ont été formellement identifiés. Ils se trouvent dans une entreprise d'imprimerie nommée CTD.

10h22 : Le Parquet de Paris vient d'annoncer que l'échanges de tirs entre les malfaiteurs et les forces de l'ordre n'avaient pas fait de victimes.

10h13 : Une intervention est en cours "pour neutraliser les auteurs", selon le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

10h10 : De nombreux hélicoptères survolent actuellement la zone où a lieu la prise d'otages.

10h08 : Photo des lieux de la prise d'otages...

 

 

09h44 : Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, a confirmé qu'une "opération était en cours".

09h38Une prise d'otage est en cours ce vendredi matin dans une entreprise de Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne), après un échange de coups de feu et une course-poursuite avec deux hommes armés pouvant correspondre au signalement des frères soupçonnés de l'attentat contre Charlie Hebdo, a-t-on appris de sources concordantes.

Le nombre des personnes prises en otages ne pouvait être précisé dans l'immédiat, a ajouté une source proche du dossier.

09h22 : RTL annonce une prise d'otages en cours dans une entreprise de Dammartin-en-Goëlle (Seine-et-Marne).

09h15 : Coups de feu et course-poursuite avec deux suspects sur la Nationale 2 au nord-est de Paris (source policière), annonce l'AFP. Aucune confirmation néanmoins quant à m'identité des occupants du véhicule. 

08h33 : La traque des frères Kouachi reprend en Picardie. Plusieurs camionnettes de la BRI sont arrivées sur place.

07h35 : Selon un responsable américain, Saïd Kouachi s'est rendu au Yémen en 2011 pour s'entraîner au maniement des armes -- une formation dispensée par un membre d'Al-Qaïda au Yémen

07h20 : Après deux jours de traque, les frères Kouachi, jihadistes français soupçonnés d'avoir perpétré la tuerie à Charlie Hebdo, sont toujours en fuite vendredi, jour de prière dans les mosquées qui rendront hommage aux douze morts du pire attentat depuis plus d'un demi-siècle en France.

05h24 : L'ancien Président israélien Shimon Peres a rendu hommage aux victimes de l'attaque contre Charlie Hebdo. Le prix Nobel de la Paix, 91 ans, a brandi un panneau mentionnant "Je suis Charlie" au côté de l'ambassadeur de France, Patrick Maisonnave.

 

 

05h13 : Le chef du MI5, le service de renseignement intérieur britannique, a fait état jeudi soir de projets "d'attentats terroristes de grande ampleur" sur le sol occidental, fomentés par des groupes jihadistes établis en Syrie. Des "moyens de transport" ou des "objectifs symboliques" seraient des cibles prioritaires, a précisé Andrew Parker.

Vendredi 9 janvier  - 04h58 : Peu après minuit (heure française), Barack Obama s'est rendu à l'ambassade de France à Washington pour assurer Paris du soutien des Etats-Unis. En présence de l'ambassadeur Gérard Araud, le locataire de la Maison Blanche a noté sur le livre d'or : "Vive la France".

 

 

21h34 : minute de silence au Conseil de sécurité de l'ONU

21h24 : Les tueurs qui ont fait irruption à Charlie Hebdo ont prononcé le nom de Charb, le dessinateur et directeur de la publication qui est l'un des 12 morts de l'attentat, a indiqué jeudi Laurent Léger, grand reporter à Charlie Hebdo et rescapé de la fusillade.

20h53 : La participation de François Hollande à la marche républicaine dimanche à Paris en hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo est envisagée mais "pas décidée", a-t-on indiqué jeudi dans l'entourage du président de la République. "Il y a beaucoup de prudence à avoir pour la présence d'un président de la République" dans une telle manifestation, fait valoir l'entourage du chef de l'Etat, alors que le rassemblement de dimanche pourrait prendre des proportions inédites compte tenu de l'immense émoi provoqué par l'attaque perpétrée mercredi mercredi contre l'hebdomadaire satirique, qui a fait 12 morts, soit l'attentat le plus meurtrier commis en France depuis 1961.

20h32 : Jeannette Bougrab, ancienne secrétaire d'Etat et compagne du dessinateur Charb tué mercredi, a déclaré jeudi sur BFM TV que "personne n'avait réellement défendu" les journalistes de Charlie Hebdo, "accusés de tous les maux" sur les réseaux sociaux.
"On aurait pu sauver leur vie, on ne l'a pas fait, j'ai le sentiment d'un immense gâchis", a poursuivi Jeannette Bougrab en qualifiant les membres décédés de Charlie Hebdo de "gens exceptionnels, de vrais héros".
"Il se sentait menacé (...) il était protégé", a rappelé l'ancienne secrétaire d'Etat, confiant que Charb "était prêt à mourir pour ses idées". "On avait supprimé une protection statique devant Charlie Hebdo", a-t-elle indiqué, réprimant ses larmes tout au long de l'entretien.

20h30 : Les hommes du Raid et du GIGN vont continuer leur traque intensive, près de Villers-Cotterêts (Aisne) et à Crépy-en-Valois (Oise), toute la nuit.

 20h06 : Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a déclaré jeudi soir à BFMTV que "vient qui veut et qui se sent concerné" par la "marche républicaine", dimanche à Paris, qui sera une "manifestation d'unité nationale". Alors qu'on lui demandait s'il y aurait des "sigles de partis" ou des "différentiations" lors de cette manifestation, Jean-Christophe Cambadélis a répondu: "Non, c'est une manifestation d'unité nationale, une manifestation digne, respectueuse".

19h05 : Les unités d'élite du Raid (police) et du GIGN (gendarmerie) sont déployées jeudi en Picardie, pour la traque des deux tueurs présumés de Charlie Hebdo, pour la première fois de leur histoire. Les membres des deux unités sont déployées sur une zone de 15 à 20 km autour de Crépy-en-Valois (Oise), le Raid ayant pris la zone Nord et le GIGN la zone Sud. 

18h59 : neuf personnes en garde à vue indique Bernard Cazeneuve lors d'une conférence de presse au ministère de l'Intérieur. L'un des suspect, Saïd Kouachi, a été "formellement reconnu" sur photo comme "agresseur". Enfin le ministre a affirmé qu'il n'y avait pas de lien "à ce stade" entre l'attentat contre Charlie Hebdo mercredi à Paris et la fusillade jeudi à Montrouge (Hauts-de-Seine). Des centaines de témoignages récoltés grâce à l'appel à témoin. Selon le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, "plus de 90 témoins étaient entendus. Plusieurs d'entre eux ont rapporté des propos qu'aurait pu tenir les auteurs."

 

 

17h38 : Marine Le Pen dénonce auprès de l'AFP son "exclusion" de la "marche républicaine" prévue dimanche en mémoire de Charlie Hebdo, estimant qu'il n'y avait "plus d'union nationale".

17h28 : La radio de l'organisation Etat islamique (EI) qualifie de "héros" les auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo.

17h00 : le village de Corcy à la lisière de la forêt de Retz est passé au peigne fin. Des policiers lourdement armés frappent à toutes les portes des maisons pour obtenir des informations.

 

 

16h50 :

 

 

16h35 :

 

16h18 : le niveau "alerte attentat" du plan Vigipirate étendu à la Picardie.

15h51 : L'UMP et l'UDI ont annoncé leur participation dimanche à la "marche républicaine". De son côté, la maire de Paris Anne Hidalgo a appelé ce jeudi, à 18H00 place de la République, à un rassemblement silencieux en hommage aux victimes de l'attentat commis contre Charlie Hebdo.

15h41 : Selon un journaliste du Courrier Picard, les forces de police déployées en nombre dans l'Aisne ont quitté un corps de ferme à Longpont où elles s'étaient regroupées pendant de longues minutes.

 

 

15h24 : Des bouquets et des messages en hommage à Ahmed Merabet, le policier lâchement tué mercredi boulevard Richard-Lenoir à Paris, ont été déposés devant le commissariat du XIe arrondissement de la capitale.

 

 

15h14 : Arrivé mercredi au siège de Charlie Hebdo quelques minutes après l'attaque des frères Kouachi, Patrick Pelloux, chroniqueur au journal satirique, a livré, jeudi, un récit déchirant du drame. "J'ai pas pu les sauver", a-t-il dit pleurant ses collègues morts.

14h32 : Un drapeau djihadiste, un bandeau et des cocktails Molotov ont été découverts dans la voiture abandonnée mercredi à Paris par Saïd et Chérif Kouachi.

13h54 : Le RAID et le GIGN ont été déployés près de Villers-Cotterêts où les supects ont de nouveau été repérés.

13h50 : Mis aux enchères sur eBay, le prix du dernier Charlie Hebdo atteint des records...

13h48 : L'hommage d'Uderzo aux victimes de l'attaque de Charlie Hebdo.

 

 

13h30 : La station essence où ont été vus les deux suspects a été fermée.

 

 

13h24 : Charlie Hebdo sortira mercredi et sera tiré à un million d'exemplaires.

12h35 : Les plaques de la voiture à bord de laquelle circulent toujours les deux suspects sont maquillées.

12h04 : Une minute de silence a été observée dans toute la France en mémoire des 12 morts de l'attaque de Charlie Hebdo.

11h50 : Un important dispositif policier est en cours de déploiement, pour assurer leur interception éventuelle. "Les brigades d'intervention, stationnées porte de la Villette (à Paris), ont reçu l'ordre de s'équiper de fusils d'assaut et d'équipements de protection", a ajouté une source policière.

11h23 : Les suspects ont été localisés à proximité de Villers-Cotterêt (Aisne) jeudi matin.  Ils ont été repérés par le gérant d'une station-essence au volant d'une Renault Clio grise et circuleraient en direction de Paris. Les deux hommes sont lourdement armés.

11h21 : Charlie Hebdo va "sortir la semaine prochaine", a déclaré Patrick Pelloux, chroniqueur du journal.

10h37 : Le grand rassemblement d'hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo, initialement prévu samedi, se déroulera dimanche "afin de garantir les meilleures conditions de mobilisation et de sécurité", a annoncé Matignon jeudi.

10h35 : Des tirs contre des lieux de culte musulmans ont été constatés mercredi soir au Mans et dans l'Aude. Aucune victime n'est à déplorer.

10h28 : Nicolas Sarkozy a été reçu jeudi matin à l'Elysée par François Hollande. "Je crois que c'était de mon devoir de répondre à cette invitation pour montrer l'union nationale", a affirmé l'ancien président à l'issue de la rencontre.

10h05 : La RATP interrompra le trafic une minute à midi.

09h34 : Une explosion dans un restaurant près d'une mosquée à Villefranche-sur-Saône n'a pas fait de victimes, a annoncé le parquet ce jeudi.

09h35 : Le Premier ministre Manuel Valls demande aux médias d'être "particulièrement prudents". Selon une source proche de l'enquête, il n'y a pas de lien établi entre la fusillade au sud de Paris et celle qui a frappé Charlie Hebdo.

08h25 : En France comme dans le reste de l'Europe, le sanglant attentat contre Charlie Hebdo fait ce jeudi matin la une des quotidiens...

08h10 : Moins de vingt-quatre heures après l'attentat contre Charlie Hebdo qui a coûté la vie à 12 personnes, dont deux policiers, sept membres de l'entourage des suspects ont été placés en garde à vue mercredi soir.

07h45Mourad Hamyd, 18 ans, le plus jeune des trois hommes visés par un avis de recherche lancé mercredi auprès des forces de l'ordre, s'est lui rendu dans la soirée au commissariat de Charleville-Mézières (Ardennes) et a été placé en garde à vue

07h06 : la police a identifié les auteurs de la tuerie de Charlie Hebdo. Il s'agit de deux frères, Chérif et Said Kouachi, 32 et 34 ans. Chérif Kouachi avait été condamné en 2008 pour avoir participé à une filière d'envoi de combattants en Irak. Un troisième homme, a été placé en garde à vue.

 

Mercredi 7 janvier -

 

23h27 : Un officier du RAID annonce à l'AFP qu'une opération est en cours à Reims. Les journalistes sont appelés à "la plus grande prudence".

Les policiers "vont partir en opération. Ou, prévenus par la presse et les réseaux sociaux, ils (les suspects) sont partis, ou ça va rafaler", a déclaré un officier du Raid à l'AFP, appelant les journalistes présents à la "plus grande prudence".

21h10 : l'Eglise sonnera le glas à Notre-Dame de Paris jeudi à midi.

20h57 : Hollande observera un "moment de recueillement" jeudi à la préfecture de police de Paris.

20h51 : Obama exprime à Hollande "la solidarité" des Etats-Unis.

20h34 : une marche républicaine organisée samedi à Paris.

20h31 : Plus de 100.000 manifestants dans toute la France.

20h27 : Près de 15.000 Lyonnais rendent hommage aux victimes de Charlie Hebdo.

20h25 : 35.000 manifestants à Paris.

20h09 : Hollande réunira jeudi les présidents de l'Assemblée et du Sénat et les "forces représentées au Parlement".

20h04 : onze hommes et une femme tués.

20h02 : Hollande annonce un deuil national jeudi.

18h32 : une nouvelle réunion de crise est convoquée jeudi à 08H30 à l'Élysée autour de François Hollande.

18h29 : dans leur fuite, les terroristes ont eu un accident place du Colonel Fabien, dans le XIXe arrondissement de Paris, a détaillé le procureur de la République de Paris lors de sa conférence de presse. Leur C3 a percuté un VW Touran, blessant sa passagère. Rue de Meaux, ils ont braqué un particulier et pris sa Clio. Selon le dernier bilan fournit par le procureur, l'attentat a fait 12 morts et 11 blessés dont quatre dans un état grave. Les auteurs de l'attaque criaient "Allah akbar" et "affirmaient vouloir venger le prophète". Le magistat a évoqué un groupe d'"au moins deux individus", ajoutant qu'un témoin avait fait état de trois assaillants.

18h25 : le procureur de la République de Paris, François Molins a décrit 5 fusillades successives. Les agresseurs se sont présentés à 11h30 à l'accueil de Charlie Hebdo et ont fait feu, tuant une personne. Ils sont ensuite montés au deuxième étage dans la salle de rédaction. Là ils ont tué 10 personnes dont 8 journalistes, un invité et un policier du SPHP en charge de la protection de l'un des journalistes. Ils ont ensuite pris la fuite. Une fusillade a éclaté entre les assaillants et une voiture de police dans une rue parallèle à celle de la rédaction sans faire de blessés. Plus loin, des coups de feu ont été échangés avec des policiers à VTT, sans faire de blessés non plus. Les terroristes ont ensuite tirés contre des policiers du XIe arrondissement de Paris. Cette fusillade a fait une victime, un policier.

18h18 : le procureur de la République de Paris, François Molins, a indiqué le déroulé de l'attentat sanglant lors d'une conférence de presse. Il s'est refusé a donné des indications sur l'enquête à propos des hommes en fuite.

17h38 : plusieurs syndicats, associations, medias et partis politiques ont appelé à un rassemblement mercredi place de la République à Paris. Des dizaines d'intitatives identiques ont été relevées dans plusieurs autres villes de France.

16h52 : les drapeaux en berne sur l'Elysée, l'Assemblée nationale et le Sénat. Sur les réseaux sociaux, des milliers d'internautes exprimaient leur émotion, notamment derrière le hashtag #jesuischarlie.

 

16h42 : le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone (PS) et les chefs de file de tous les groupes politiques appellent dans un communiqué à "l'union nationale" pour "défendre la liberté sous toutes ses formes".

16h : le dernier bilan communiqué fait état de 12 morts et 8 blessés dont 4 en urgence absolue. Les assaillants demeurent toujours introuvables.

15h39 : Bernard Maris, économiste et journaliste français, a été abattu lors de l'assaut des terroristes. Il était responsable de la rubrique économie du journal satirique.

 

 

15h28 : Selon Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, trois criminels sont impliqués dans l'attentat contre Charlie Hebdo.

15h10 : Un appel à témoins a été lancé par les enquêteurs. Un numéro vert (08.05.02.17.17) a été créé.

14h45 : "C'est un acte abject. Notre nation est endeuillée, la France est frappée au coeur. L'UMP soutiendra sans réserve toutes les initiatives du gouvernement" a déclaré Nicolas Sarkozy, président de l'UMP.

14h21 : Les morts des dessinateurs Charb, Wolinsky, Cabu et Tignous ont été confirmées de source judiciaire.

14h12 : La voiture utilisée par les terroristes a été abandonnée rue de Meaux à Paris. Elle est en cours d'analyse par la police scientifique. François Hollande s'exprimera mercredi soir à 20h. Par ailleurs, la réunion ministérielle de crise autour du président de la République a débuté à l'Elysée.

 

 

14h05 : Plusieurs chefs d'Etat étrangers ont réagi à l'attaque menée contre Charlie Hebdo.

13h57 : Le dernier tweet laissé sur le compte Twitter de Charlie Hebdo.

 

 

13h45 : Les sorties scolaires à Paris et les activités en dehors des établissements sont suspendues jusqu'à nouvel ordre.

13h40 : Les dessinateurs Cabu et Charb feraient partie des victimes. Le policier chargé de la protection de Cabu serait également décédé. Plus de deux heures après les faits, les assaillants demeurent introuvables.

13h24 : Des témoins ont affirmé que les agresseurs avaient crié "nous avons vengé le prophète" au moment de l'attaque.

13h21 : Le bilan de l'attaque s'est aggravé. On dénombre désormais 12 morts.

13h11 : Des photos et des vidéos de l'attaque circulent sur internet.

 

 

12h52 : "C'est un attentat terroriste, ça ne fait pas de doute" a affirmé François Hollande sur les lieux de la fusillade."C'est un acte d'une exceptionnelle barbarie. Onze personnes sont mortes, quatre en situation d'urgence absolue", a-t-il ajouté.

12h39 : Le plan Vigipirate a été relevé à son plus haut niveau, "alerte attentats" dans toute l'Ile-de-France.

12h32 : Une source proche de l'enquête annonce que l'attaque aurait fait 11 morts dont 2 policiers.

12h23 : Le parquet de Paris annonce que la fusillade contre Charlie Hebdo a fait 10 morts. Une réunion ministérielle est prévue à 14h à l'Elysée.

12h05 : "Vers 11h30, deux hommes armés d'une kalachnikov et d'un lance-roquette, ont fait irruption au siège de Charlie Hebdo dans le XIe arrondissement de Paris. Un échange de feu a eu lieu avec les forces de l'ordre", a expliqué une source à l'AFP.

En quittant les lieux, les deux agresseurs ont blessé par balle un policier. Ils ont ensuite braqué un automobiliste porte de Pantin et percuté un piéton.

 

11h58 :

 

 

11h50 : Selon le dessinateur Luz, des tirs ont été entendus au siège de Charlie Hebdo.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles