Plus d'un millier de personnes Porte de Vincennes

Plus d'un millier de personnes se sont réunis samedi devant le supermarché casher de la Porte de Vincennes.[KENZO TRIBOUILLARD / AFP]

Au moins un millier de personnes étaient rassemblées samedi soir à l'appel de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) devant le supermarché casher Porte de Vincennes à Paris, où quatre personnes ont été tuées lors d'une prise d'otages vendredi, a constaté un journaliste de l'AFP. Manuel Valls et Bernard Cazeneuve se sont rendus sur place.

 

Sous une pluie fine persistante, les manifestants se tenaient derrière un cordon de police, à une centaine de mètres de la supérette, pour déposer des fleurs, se recueillir silencieusement, et allumer des bougies.

Des pancartes, dont "Je suis juif", "Hyper fier d'être juif" ou "Saint-Mandé est Charlie" (commune à proximité du lieu de l'attaque, Ndlr), sont brandies dans la foule. Quelques personnes entonnent la Marseillaise ou l'hymne israélien.

"Un jeune homme de 20 ans n'a pas le droit de mourir", a déclaré à l'AFP Ilan, qui se présente comme étant un "ami proche" d'une des victimes de l'attaque survenue vendredi dans le magasin casher.

"La France est aujourd'hui en pleurs. Toute la France est avec nous", dit-il.

Alors que le Premier ministre Manuel Valls arrive, de très nombreuses personnes l'applaudissent et entonnent une nouvelle Marseillaise.

Plusieurs personnalités politiques sont également présentes dont les ministres de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, de la Justice Christiane Taubira, de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem, la maire de Paris Anne Hidalgo. Des représentants de la communauté juive, dont le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Roger Cukierman, sont également sur place.

 

 

Vous aimerez aussi

Incendie En direct, incendie de Notre-Dame de Paris : une bâche recouverte d’une photo de l’ancienne toiture sera installée
Des maires réclament l'accueil inconditionnel des migrants en France.
Migrants Face à l’inaction de l’Etat en faveur des réfugiés, des maires français tapent du poing sur la table
Paris La grève se poursuit et s'étend aux urgences de l'AP-HP

Ailleurs sur le web

Derniers articles