Sécurité routière : mauvais chiffres en janvier

Selon l'ONISR, "263 personnes seraient décédées sur les routes de France" en janvier 2015[Boris Horvat / AFP/Archives]

Une hausse de 12% des morts sur les routes de France métropolitaine a été constatée, au mois de janvier dernier, par l’Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière (ONISR).

 

Janvier 2015 aura été un mois noir pour les chiffres de la sécurité routière. C’est ce qu’a révélé ce jeudi l’ONISR qui note que "263 personnes seraient décédées sur les routes de France" le mois dernier. Soit, en moyenne, plus de huit décès par jour.

La comparaison avec janvier 2014 a de quoi alerter la Délégation à la sécurité et à la circulation routière, rattachée depuis 2012 au ministère de l’Intérieur. La mortalité routière a ainsi enregistré une hausse de 12% par rapport au premier mois de l’année dernière. L’équivalent de 28 décès supplémentaires.

 

Hausse des morts, baisse des blessés

"La mortalité des automobilistes, après une baisse en décembre, repart en hausse sur janvier. Celle des piétons et des cyclistes affiche également une hausse d'un mois sur l'autre. A l'inverse, celle des cyclomotoristes semble conforter sa récente tendance à la baisse", détaille l’ONISR sur son site internet.

En revanche, une baisse des blessés hospitalisés (-13,5%), blessés (-10,1%) et accidents corporels (-10,1%) a été constatée par l’ONISR au regard des données de janvier 2014.

 

26 mesures contre la mortalité routière

La publication de l’ensemble de ces chiffres intervient plusieurs semaines après l’annonce d’une hausse de 3,7% du nombre de morts sur les routes françaises en 2014. La première depuis 2002. Devant ce constat, le gouvernement Valls II a annoncé le 26 janvier dernier, 26 mesures pour enrayer la courbe ascendante de la mortalité routière.

Parmi elles figurent notamment la baisse de l’alcoolémie pour les conducteurs novices, l’interdiction des kits oreillettes au volant ou encore l’augmentation du nombre des radars feux rouges. Le ministère de l’Intérieur s’est fixé pour objectif de faire baisser à 2.000 le nombre de morts par an d’ici 2020.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles