Loi Macron : le PS divisé

Emmanuel Macron défendant son projet de loi à l'Assemblée Nationale le 14 février. [Alain Jocard/AFP]

La tension montait mardi matin au PS avant le vote du projet de loi Macron en première lecture à l'Assemblée qui pourrait être plus serré que prévu, une majorité des frondeurs s'apprêtant à voter contre selon l'un d'eux.

 

Après plus de 190 heures de discussions en commission et en séance, ce texte de quelque 200 articles "pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques", emblématique de la ligne réformatrice affichée par l'exécutif, doit passer le cap du vote solennel vers 17 heures. Sans attendre ce vote, Bercy a commis une boulette en annonçant mardi matin dans un communiqué l'adoption du texte, avant de rectifier.

Une majorité des 30 à 40 députés socialistes "frondeurs" voteront contre le projet de loi Macron mardi en première lecture, a affirmé l'un de leurs animateurs, Christian Paul, avant la réunion du groupe PS en présence de Manuel Valls.

 

Une majorité de socialistes frondeurs contre

"Plusieurs dizaines de députés PS ne voteront pas la loi" et parmi ceux-ci "une majorité" "votera contre", a-t-il affirmé. L'ancien ministre Benoît Hamon a répété mardi qu'il voterait "en conscience" contre le projet de loi, addition selon lui de "mesures extrêmement utiles" et d'autres "problématiques" comme celles sur le travail dominical.

Applaudi à son arrivée devant le groupe, le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a déclaré que c'était maintenant à "chacun de prendre ses responsabilités".

"Voter contre serait rejoindre ceux qui veulent faire chuter la gauche", a averti le président de groupe Bruno Le Roux au début de la réunion.

 

L'abstention chez certains UDI

Une courte majorité des 30 députés UDI s'abstiendront ou voteront mardi pour le projet de loi Macron pour la croissance et l'activité, selon un décompte de leur président, Philippe Vigier. "Sept à huit sont pour, une petite dizaine s'abstiendront et un peu plus d'une dizaine voteront contre", a-t-il déclaré à la presse.

Le président du groupe UDI, qui s'abstiendra, a filé la métaphore de l'alpinisme. "Le gouvernement a ouvert la voie mais s'est arrêté au camp 1", a-t-il affirmé en évoquant notamment parmi ses "regrets" qu'on n'ait pas abordé "la question du temps de travail".

 

Une grande majorité des écologistes contre

La grande majorité des députés écologistes votera contre le projet de loi en première lecture, a indiqué l'un des coprésidents du groupe, François de Rugy.

Sur les 18 députés du groupe écologiste, "sauf changement de dernière minute", 14 devraient voter contre et les autres s'abstenir sur le projet de loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques porté par le ministre de l'Economie, a précisé cet élu de Loire-Atlantique à l'AFP.

 

Les députés UMP massivement contre

Les députés UMP voteront quant à eux contre le projet de loi Macron "à 97-98%", a indiqué leur président Christian Jacob, pour qui le texte ne porte "aucune mesure" pour la croissance.

Entre deux et quatre députés UMP devraient voter pour, et "peut-être moins" encore devraient s'abstenir, a-t-il ajouté en conférence de presse, précisant que son groupe devrait saisir le Conseil constitutionnel une fois le texte adopté.

"Il y avait une belle ambition au départ mais l'épreuve de l'Assemblée nationale a beaucoup édulcoré l'ambition de départ", a regretté mardi le président du Medef Pierre Gattaz, évoquant un "résultat mi-figue, mi-raisin".

   

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles