Les adolescents se disent optimistes

Malgré tout, l’adolescence reste une période difficile, comme le reconnaissent 56 % des jeunes interrogés. [DENIS CHARLET / AFP]

Les adolescents voient-ils la vie en noir ? Pas nécessairement, si l’on en croit une étude de l’Inserm, publiée jeudi. Près de la moitié d'entre eux se disent confiants dans l'avenir.

 

Cette enquête montre que près de la moitié des jeunes de 13 à 18 ans (48,4 %) ont confiance en l’avenir, seuls 13,2 % d’entre eux affirmant l’inverse (les autres oscillent entre les deux affirmations). Un taux qui varie selon le sexe des sondés. Plus de 58 % des garçons sont optimistes, quand ce n’est le cas que de 39 % des filles. 

Autre cliché battu en brèche : les adolescents en conflit permanent avec leurs parents. Au contraire, plus de sept sur dix s’affirment satisfaits de la relation qu’ils entretiennent avec eux. Et près des trois-quarts (74,9 %) reconnaissent volontiers avoir besoin qu’on leur pose des limites.

 

Une période ambivalente

Malgré tout, l’adolescence reste une période difficile, comme le reconnaissent 56 % des jeunes interrogés. Près de la moitié d’entre eux (49,3 %) se posent beaucoup de questions sur eux-mêmes et près de quatre sur dix disent avoir déjà pensé que la vie ne valait pas la peine d’être vécue.

Or, les signes d’un mal-être chez les adolescents peuvent être difficiles à repérer, car leur premier réflexe en cas de coup dur et de s’isoler ou d’écouter de la musique, plutôt que de se confier. 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles