Crash de l'A320 : qui était le co-pilote de l'appareil ?

Le co-pilote de l'A320 s'appelle Andreas Lubitz. Il est Allemand et est âgé de 28 ans.[HENNING KAISER / DPA / AFP]

Après l’exploitation des données de la première boîte noire retrouvée, il est désormais établi que le co-pilote était seul aux commandes de l’Airbus A320 avant le crash et aurait actionné volontairement la descente de l’appareil. Plusieurs détails troublants autour de la personnalité d'Andreas Lubitz ont commencé à circuler.

 

Deux jours après le crash dans les Alpes-du-Sud de l’A320 de Germanwings reliant Barcelone (Espagne) à Düsseldorf (Allemagne), l’enquête s’accélère.

Le procureur de Marseille Brice Robin a dévoilé jeudi l’identité du co-pilote. Il s’agit d’Andreas Lubitz, un Allemand âgé de 28 ans. Il était originaire de Montabaur (Rhénanie-Palatinat), commune située dans l'ouest de l'Allemagne. Par ailleurs, le compte Twitter de Paris Match a publié une photographie présentée comme étant celle d'Andreas Lubitz.

 

Un burn-out en 2009 ?

"Il vivait chez ses parents et disposait également d'un appartement à Düsseldorf", a expliqué la maire de Montabaur à l'agence de presse allemande DPA. Le patron de la Lufthansa, lui-même ancien pilote, a longuement jeudi insisté sur la formation qu'avait, dès 2008, suivie Andreas Lubitz. Il l'a interrompue pendant "plusieurs mois" il y a six ans pour une raison que M. Spohr a indiqué ne pas avoir le droit de révéler.

Mais le copilote avait ensuite repassé tous les tests d'aptitude nécessaires et bouclé avec succès sa formation, et était "à 100% capable de piloter" un avion, a assuré le responsable. Interrogé par le "Spiegel", des amis de Lubitz ont affirmé qu'il avait suspendu sa formation en raison d'un burn-out en 2009.

 

 

Lubitz avait effectué sa formation à l'école de pilotage de Brême, dans le nord de l'Allemagne, puis à Phoenix, aux Etats-Unis. Le jeune homme avait dû attendre 11 mois après la conclusion de sa formation avant de commencer à piloter un appareil, un délai "pas inhabituel", selon Lufthansa.

Le co-pilote avait cumulé jusque-là 630 heures de vol. "C'était un débutant", a estimé sur BFMTV Jean Serrat, ancien commandant de bord. La Lufthansa a précisé qu'il avait été embauché en septembre 2013.

 

"Pas répertorié comme terroriste"

Le co-pilote n'est "pas répertorié comme terroriste, absolument pas", a déclaré Brice Robin. "Je ne connais pas la religion du co-pilote, mais je ne pense pas que ce soit forcément de ce côté-là qu'il faille chercher. Le copilote était apte à conduire l'avion seul", a ajouté le procureur.

Le procureur de Marseille a expliqué que durant les 20 premières minutes du vol Barcelone-Düsseldorf, les deux pilotes échangeait "de manière normale, enjouée, courtoise. Intervient ensuite le briefing de l'atterrissage en Allemagne. "Les réponses du co-pilote deviennent laconniques", a détaillé Brice Robin. Le commandant de bord quitte alors le cockpit vraisemblablement pour satisfaire un besoin naturel.

 

"L'action ne peut être que volontaire"

Andreas Lubitz prend alors seul les commandes de l'avion. "Le copilote manipule alors le flight monitoring system pour commencer la descente de l'appareil. L'action ne peut être que volontaire. On entend plusieurs appels du commandant de bord demandant l'accès à la cabine de pilotage via l'interphone. On entend des bruits comme s'il tapait à la porte. Il n'y a aucune réponse du copilote mais celui-ci respire de façon normale", poursuit le procureur de Marseille.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles