La mortalité routière est en hausse, une première depuis 12 ans

Augmentation de 3,5% de la mortalité routière, première hausse depuis 12 ans.[Philippe Huguen / AFP/Archives]

Le bilan définitif de la sécurité routière a été dévoilé ce jeudi. La mortalité routière a augmenté de 3,5% en 2014 par rapport à 2013. Pour la première fois depuis 12 ans, la mortalité routière a augmenté d’une année sur l’autre.

 

De tristes statistiques. L’Observatoire national interministériel à la ­Sécurité routière (ONISR) a donné, jeudi, les résultats définitifs de la mortalité sur les routes en 2014, qui a augmenté de 3,5 % sur un an. Au total, 3 384 personnes ont perdu la vie sur le réseau, 116 de plus qu’en 2013. Un rebond qui n’avait pas été observé ­depuis plus de dix ans dans le pays.

Tous les voyants sont au rouge puis­que dans le même temps, le nombre d’accidents a augmenté de 2,4 % (58 191), celui de personnes blessées de 3,5 % (73 048), et celui de personnes hospitalisées de 2,6 % (26 635).

Parmi ces victimes, les plus vulnérables sur la chaussée ont été les plus touchés. Le nombre de piétons tués a en effet bondi de 7 % (34 décès en plus), et celui des cyclistes de 8 % (12 décès en plus), contre 3 % pour les automo­bilistes (51 décès supplémentaires).

 

Un problème de «comportement»

Face à ce bilan, Manuelle Salathé, secrétaire générale de l’ONISR, a dénoncé hier une «attitude générale de relâchement vis-à-vis des règles sur les routes». Malgré la mobilisation des autorités, l’observatoire a ainsi constaté une augmentation de la vitesse moyenne des véhicules hors agglomération : les contraventions sont en hausse de 1,1 %, principalement pour excès de vitesse.

Autres fléaux à combattre, l’alcool et la drogue. Les délits pour conduite en état d’ébriété ont grimpé de 13 %, ceux concernant la prise de stupéfiants avant de prendre le volant de 44 %. Et Emmanuel Barbe, le délégué interministériel, de rappeler que «neuf accidents sur dix ont pour cause le comportement de l’usager».

Souhaitant passer sous la barre des 2 000 morts par an d’ici à 2020, le gouvernement a présenté en janvier dernier vingt-six mesures destinées à renforcer la sécurité routière. Deux d’entre elles, parmi les plus emblématiques, doivent entrer en vigueur au début de l’été. Il s’agit de la baisse du taux d’alcoolémie légal, de 0,5 à 0,2 gramme par litre de sang pour les jeunes conducteurs, et de l’interdiction du port des oreillettes, casque et écouteurs. 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles