Paris manque-t-il de pain ?

Selon les médias anglais, Paris souffrirait d'une pénurie de pain. [Domaine public]

Depuis plusieurs jours, les médias britanniques affirment que les Parisiens et les touristes doivent faire face à une "crise de la baguette" en ce mois d'août. Et de titrer : "Paris manque-t-il de pain ?" mais de quoi parlent-ils au juste ?

 

Le journal anglais The Telegraph titrait, en fin de semaine dernière, "La France craint une crise de la baguette depuis que les boulangers ont le droit de prendre des vacances" ("France fears baguette crisis as bakers allowed to take holidays").

A en croire nos amis d’outre-Manche, la vision du Parisien se baladant dans les rues de la capitale avec sa baguette sous le bras sera bientôt remplacée par des scènes de colère devant les portes closes des boulangeries.

 

Des témoignages de parisiens

"Je suis sortie chercher une baguette il y a quelques jours, et les deux boulangeries les plus proches étaient fermées en même temps pour la première fois.", explique une femme au journal anglais.

 Que l’on se rassure, selon le site Buzzfeed, il faudrait en moyenne une minute dix-huit pour trouver une boulangerie ouverte dans la capitale.

 

En cause, la chute d’une loi historique de 1790

Toute cette histoire est due à l'invalidation cette année, dans le cadre du choc de simplification voulu par le gouvernement, d’une loi historique de 1790, laquelle obligeait les boulangers à déclarer leurs jours de vacances.

En effet, depuis l'entrée en vigueur de cette loi dite de simplification, tout boulanger peut désormais partir en vacances sans en informer quiconque. Il n’est également plus obligé d’indiquer sur sa porte la boulangerie ouverte la plus proche.

 

Les boulangeries ouvertes au mois d'août pénalisées

Obliger les boulangers à déclarer leurs jours de vacances avait un but : organiser des gardes pour s’assurer que les Parisiens aient du pain sans trop de difficultés. Or, cet été est le premier où les boulangers ne sont plus dans l’obligation de suivre ce rituel vieux de 300 ans.

"On a surtout une pénurie de clients en août, c'est un problème majeur. Le mois de juillet est déjà calme mais le constat est visible.", explique Dominique Antract, le président de la Chambre professionnelle des artisans boulangers-pâtissiers de Paris. Une explication plausible donc du départ "en masse" des boulangers ce mois-ci.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles