Les poids lourds polluants mis à l'amende à Paris

La mesure concerne les camions et les cars immatriculés avant le 1er octobre 2001. [MARCEL MOCHET / AFP]

Ce sont les premiers effets concrets du plan climat de la mairie. A partir de ce mardi, les camions et les autocars les plus anciens et polluants sont effectivement bannis de Paris. La mesure était en réalité déjà entrée en vigueur le 1er juillet, mais les contrevenants n’étaient jusqu’alors pas verbalisés.

 

Cette interdiction s’applique aux véhicules mis en circulation avant le 1er octobre 2001, de 8h à 20h tous les jours, hors bois et périphérique. Pour marquer le coup, les contrôles policiers devaient être renforcés mardi matin aux portes de Paris. Les fautifs s’exposent à une amende de 35 euros ainsi qu’à une possible immobilisation de leur véhicule. 

Des mesures étendues en 2016

Cette restriction, qui devrait concerner environ 10 % des poids lourds qui circulent dans Paris, n’est que la première pierre du plan municipal. A partir de juillet 2016, elle sera étendue aux voitures essence (d’avant 1997) comme diesel (d’avant 2001) et utilitaires légers, ainsi que les deux-roues antérieurs à 2000. 

Cela représentera environ un véhicule sur sept circulant dans la capitale, soit près de 30 000 véhicules. L’interdiction continuera à s’étendre progressivement à des véhicules de plus en plus récents entre 2017 et 2020.

 

Un enjeu de santé publique

«Les Parisiens perdent six à neuf mois d’espérance de vie à cause de la pollution. On ne peut pas rester les bras croisés, les comportements doivent changer», appuie Christophe Najdovski, l’adjoint aux transports. 

En contrepartie, la mairie a mis en place en juillet des mesures pour aider les Parisiens et les professionnels à s’adapter, comme des aides financières pour les abonnements au passe Navigo, à Vélib’ et Autolib’, ou se doter de véhicules non polluants.
 

Les poids lourds en chiffres :

200 cars de tourisme et plusieurs milliers de camions circulent chaque jour dans la capitale, selon la mairie de Paris. 

6 % du trafic est constitué par des poids lourds dans la région, d’après Airparif.

10 % des particules fines, émises principalement par les véhicules diesels, et 21 % du dioxyde de carbone (CO2) sont rejetés par des poids lourds dans la région.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles