Incendie à Paris : un homme en garde à vue

Incendie à Paris : deux départs de feu successifs dans la nuit.[KENZO TRIBOUILLARD / AFP]

Un homme a été placé en garde à vue suite à l'incendie d'un immeuble d'habitation du XVIIIe arrondissement de Paris qui a causé la mort de huit personnes dont deux enfants.

 

L'enquête s'acheminerait bel et bien vers un acte criminel, puisque qu'un homme suspecté d'être à l'origine du sinistre a été interpellé par la brigade anticriminalité du XVIIIe arrondissement. "Il pourrait avoir été présent sur les lieux" de l'incendie, selon des sources proches de l'enquête.

Le suspect, âgé d'une trentaine d'années, a été identifié grâce à l'exploitation des temoignages des riverains ainsi que des premières images de vidéosurveillance. C'est la brigade criminelle de la police judiciaire qui est en charge des investigations.

 

Les pompiers avaient déjà été appelés dans la nuit

Deux départs de feu se sont succédés, à deux heures d'intervalle dans la nuit de mardi à mercredi, dans l'immeuble parisien où un incendie a fait huit morts, ont déclaré les pompiers et le ministère de l'Intérieur.

"Il y a eu deux interventions différentes à la même adresse", à 02H23 et 04H30, a dit un porte-parole des pompiers de Paris, le commandant Gabriel Plus. "On ne peut pas ignorer que ça peut être un acte de malveillance", a ajouté le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Pierre-Henry Brandet.

Le feu s'est déclaré en rez-de-chaussée avant de se propager dans la cage d'escalier de l'immeuble.

Un bilan très lourd

Il "est trop tôt pour déterminer les causes" de l'incendie qui a fait huit morts dans un immeuble d'habitation du 18e arrondissement de Paris, a déclaré mercredi Bernard Cazeneuve.

Le ministre de l'Intérieur, venu sur les lieux, a également déploré un "bilan très lourd: huit morts, quatre blessés qui sont encore en urgence relative" à la suite de cet incendie, l'un des pires de ces dix dernières années dans la capitale. Le feu s'est déclaré peu avant 05H00 au rez de chaussée d'un immeuble d'habitation avant de se propager dans la cage d'escalier.

"L'immeuble est un immeuble privé", "il ne relève ni du logement social, ni du traitement pour insalubrité", a précisé la maire de Paris Anne Hidalgo au coté du ministre de l'Intérieur. De plus, cet immeuble "avait été contrôlé en avril", selon Ian Brossat, l'adjoint au logement.

Une quinzaine de logements auraient été touchés, selon Mme Hidalgo.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles