Les polices de Paris et des pays de l'Est unies contre les pickpockets

Près de 3 000 délinquants ont été identifiés à Paris depuis 2009 grâce à la coopération internationale. [BERTRAND GUAY / AFP]

La préfecture de police de Paris va renforcer ses liens avec les autorités de Roumanie, de Bulgarie et de Bosnie pour lutter contre la délinquance itinérante de manière plus efficace.

Pickpockets, escroqueries à la charité (les fausses pétitions) et vols en tous genres dans la capitale sont en effet dans le viseur de la PP, qui met actuellement en place une plateforme dédiée au croisement d'informations. Une première réunion doit être organisée les 14 et 15 décembre. Les experts de sept autres pays que la France auront accès à ces données : la Grande-Bretagne, l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, l'Italie, l'Espagne et le Portugal. Le groupe de travail se réunira quatre fois par an pour étudier les actes de délinquance commis par des ressortissants de l'Europe de l'Est.

La police parisienne travaille déjà depuis 2009 avec des agents de liaison roumains, notamment. Onze d'entre eux travaillent à plein temps au sein de la préfecture, dans les rangs de la DSPAP (Direction de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne) et de la police judiciaire. Cette coopération a permis de démanteler une dizaine de réseaux, à l'image du clan Hamidovic, qui forçait des jeunes filles à voler dans le métro. Au total, près de 3 000 délinquants ont d'ailleurs pu être identifiés, dont un tiers de mineurs.

Le public sensibilisé

Paralèllement, la préfecture de police multiplie depuis plusieurs années les opérations de prévention auprès des habitants, notamment les seniors, et des touristes. Ses agents diffusent par exemple des flyers et font du porte-à-porte pour pour livrer des conseils afin d'éviter d'être victimes de vols ou d'arnaques.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles