Attentats de Paris : Abaaoud mis à terre

Le cerveau présumé des attentats de Paris avait séjourné en Syrie. Le cerveau présumé des attentats de Paris avait séjourné en Syrie. [DABIQ / AFP]

Le cerveau présumé des attentats de Paris a été tué dans l'opération menée mercredi à Saint-Denis. Mais d'autres complice courent toujours.

«Il y avait une cible. Elle a été détruite». Le corps criblé d’impacts retrouvé dans l’appartement de Saint-Denis, après l’assaut du Raid, était donc bien celui d’Abdelhamid Abaaoud, a confirmé Bernard ­Cazeneuve. Une information qui signifie la mise hors d’état de nuire du ­cerveau présumé des attentats de Paris, les plus sanglants qu’ait jamais connu le pays.

Preuve de l’importance de cette neutralisation, le ministre de l’Intérieur a indiqué que le Belgo-Marocain de 28 ans, figure de Daesh auprès des ­jihadistes européens, était impliqué dans quatre des six attaques évitées ou déjouées en France depuis le printemps. Le «boucher de Raqqa», comme on le surnomme, aurait ainsi œuvré à l’attaque manquée d’une église de ­Villejuif (Val-de-Marne), en avril, et à celle du Thalys Amsterdam-Paris, en août. Deux jihadistes interceptés cet été auraient également été missionnés par Abaaoud pour frapper le pays. 

Le retour du jihadiste non signalé

Mais si la mort du jeune homme ­apporte un certain soulagement aux autorités, sa liberté de mouvement au cours des derniers mois interpelle. Alors qu’il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international, aucun pays proche n’avait prévenu la France de son retour en Europe depuis la Syrie. Déjà, en janvier 2014, il avait pu s’envoler pour Istanbul depuis Cologne, en Allemagne, sans être arrêté faute d’indications, selon la police outre-Rhin.
 

Alors que l’enquête se poursuit en ­région parisienne pour mettre à jour les ramifications du réseau d’Abaaoud, la police belge est elle aussi active. Neuf personnes ont été interpellées à Bruxelles, dont sept sont des proches de Bilal Hadfi, l’un des tueurs du Stade de France. Les enquêteurs cherchent notamment à mettre la main sur Salah Abdeslam. Frère de Brahim Abdeslam, un autre des terroristes de Paris, il se serait enfui de la capitale samedi dernier grâce à deux complices, inculpés depuis. Restait également la question d’un possible neuvième membre du commando lors des massacres de ­vendredi. Lui aussi serait en cavale.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles