Attaque à la Goutte-d’or : un papier avec un drapeau de Daesh retrouvé sur l'assaillant

Une enquête pour tentative d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique a été ouverte.[LIONEL BONAVENTURE / AFP]

Un homme a été abattu par des fonctionnaires de police devant le commissariat de la rue de la Goutte-d'or dans le 18e arrondissement de Paris alors qu'il tentait de pénétrer dans le bâtiment.

L'homme aurait crié «Allah Akbar» (Dieu est grand) en tentant d'agresser un policier à l'accueil avec un hachoir de boucher et a immédiatement été abattu. Il a été «atteint par des tirs de riposte des policiers» selon le porte-parole du ministère de l'Intérieur. Des témoins cités par l'AFP font état de «deux à trois tirs» dans la rue. 

Dans un premier temps, le ministère de l'Intérieur a indiqué que l'individu portait un dispositif pouvant être un gilet explosif. Le ministère a ensuite affirmé que le dispositif était "factice". L'homme portait sous son manteau une pochette scotchée d'où sortait un fil, mais le «dispositif ne contenait pas d'explosifs», a précisé une source judiciaire. 

Selon i-Tele, l'individu ne portait pas de papiers d'identité sur lui. Un papier avec un «drapeau de Daesh» et une revendication "non équivoque” en langue arabe ont été retrouvés sur l'assaillant.

Le quartier a été bouclé par les forces de l'ordre. Le trafic des lignes 2 (entre les stations Blanche et Belleville) et 4 (entre les stations Reaumur-Sebastopol et Porte de Clignancourt) du métro a été interrompu plusieurs minutes par "mesures de sécurité", avant de reprendre progressivement. En outre, l'Académie de Paris a annoncé que les deux écoles situées à proximité du commissariat sont confinées. 

Les démineurs et les hommes de la BRI sont présents sur place afin de sécuriser les lieux. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, la maire de Paris Anne Hidalgo se sont rendus sur place.

La section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles