Un réseau de prostitution de femmes chinoises démantelé à Paris

Les prostituées sont des femmes chinoises de 40 à 50 ans en situation économique difficile.[VALERY HACHE / AFP]

Huit personnes suspectées d'appartenir à un réseau de prostitution de femmes chinoises dans le quartier de Belleville, à Paris, a annoncé lundi la police judiciaire.

Sept individus ont été placés en détention provisoire et un placé sous contrôle judiciaire. L'enquête, menée dans le cadre d'une information judiciaire ouverte à Paris pour proxénétisme aggravé, a commencé au printemps dernier. Une cinquantaine de prostituées, âgées de 40 à 50 ans, racolaient dans ce secteur du nord-est de la capitale.

Les "marcheuses" – c'est ainsi qu'elles sont surnommées – se rendaient ensuite avec leurs clients dans des appartements de Belleville mis à disposition par les proxénètes et pour lesquels elles versaient un loyer compris "entre 600 et 1 000 euros par mois", selon la Brigade de répression du proxénétisme (BRP). Les femmes y réaliseraient six à dix passes par jour, pour 20 à 40 euros.

A lire aussi : Prostitution : les faux salons de massage sous surveillance à Paris

D'après la PJ, "ces femmes, démunies, illettrées et qui ne parlent pas souvent français, sont essentiellement originaires de la province du Liaoning", dans nord-est de la Chine. Elles viendraient d'abord travailler dans la restauration et dans la confection avant d'être orientées vers des proxénètes profitant de leur détresse économique.

Médecins du Monde estime leur nombre à 300. L'ONG les rencontre chaque semaine dans un bus itinérant présent sur leurs lieux de prostitution.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles