Paris : un bailleur sur deux ne respecte pas l’encadrement des loyers

Près de quatre loyers sur dix ne sont «pas conformes» selon la CLCV.[BERTRAND GUAY / AFP]

Les abus n’ont pas cessé. Un an après l’entrée en vigueur de la loi sur l’encadrement des loyers, une étude de l'association de consommateurs CLCV révèle que près d'un propriétaire bailleur sur deux loue encore trop cher à Paris.

En examinant 800 petites annonces publiées sur huit sites internet parmi les plus consultés par les internautes, il ressort que 75% des annonces passées par les agences immobilières sont conformes à l'encadrement des loyers, contre seulement 51% de celles émanant d'un particulier qui loue en direct.

A lire aussi : IDF : l’encadrement des loyers étendu à 412 communes

Les abus se concentrent sur les petites surfaces, typiquement les studios meublés, très recherchées par les étudiants et les jeunes. Ainsi 46% des annonces de studios à louer dans la capitale affichent un loyer excessif quand les abus ne concernent que 12% pour les 4 pièces. En réalité, les abus demeurent plus fréquents pour les meublés (54% de conformité) que pour les logements nus (72%).

Quatre loyers sur dix pas conformes

Au final, près de quatre loyers sur dix (38%) ne sont «pas conformes et excèdent, en moyenne de 115,39 euros par mois, soit 1.384,68 euros à l'année, le montant maximum applicable», constate la CLCV. La loi a toutefois «contribué à assagir le marché, puisque 62% des annonces sont dans les clous, c'est donc une mesure utile» admet François Carlier, le délégué général de l'association qui milite pour la création d'une amende envers les bailleurs trop gourmands.

A lire aussi : Combien coûtent les apparts des héros de séries télé ?

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles