Paris : les logements moins accessibles aux personnes d'origine maghrébine

Selon l'étude, 52,2 % des personnes d'origine française reçoivent une réponse en moyenne, contre 14,2 % pour celles d'origine maghrébine.[© SALOM-GOMIS SEBASTIEN/SIPA]

Emmanuelle Cosse, la ministre du Logement, a présenté ce jeudi une étude inédite sur la discrimination face à l’accès à un logement du parc privé dans la capitale.

Et mieux vaut être d’origine française que d'origine maghrébine pour louer un bien immobilier à Paris. C’est le résultat de cette étude menée par le CNRS l'année dernière.

Les chercheurs ont comparé les résultats obtenus par quatre profils masculins fictifs, deux d’origine française, dont un fonctionnaire, et deux d’origine maghrébine dont l'un est également fonctionnaire.

Entre avril et mai 2016, ils ont répondu aux 504 mêmes offres de biens à louer à Paris, soit 2 016 mails envoyés via les sites d’annonces immobilières dits «classiques».

A lire aussi : Logement : l'Etat se porte garant pour les jeunes et les précaires

L’homme d’origine française et fonctionnaire a reçu 42,9 % de réponses positives alors que celui qui ne présente pas de stabilité financière en a reçu 18,7 %. Des résultats bien supérieurs à ceux obtenus par les deux hommes d’origine maghrébine : 15,5 % pour le fonctionnaire et 12,9 % pour celui qui ne l’est pas.

«Des résultats édifiants» selon la ministre, qui assure que ces études sont indispensables afin de «faire de la pédagogie», «travailler avec les professionnels de l'immobilier» et ainsi pouvoir «adapter les politiques publiques».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles